lundi 27 février 2012

Et hop,

un mois de plus à notre compteur de l'attente.

Ce mois de février n'a pas apporté les bonnes nouvelles tant attendues puisqu'à ce jour, nous ne connaissons ni la date de reprise, ni les quotas par OAA. Ces infos nous sont essentielles pour nous projeter, pour faire des calculs, pour cesser d'être dans le néant. Pour tenter une projection dans le futur. Notre questionnement n'a pas trouvé sa réponse. Pas encore. Espérons que le mois de mars nous apportera de bonnes nouvelles avec le printemps...

Ce mois-ci s'est relativement bien passé côté adoption, mon esprit ayant surtout été préoccupé par des tracas de santé. Ce 21ème mois d'attente m'a apportée la réponse souhaitée: rien de grave, juste un nerf sciatique à faire manipuler par l’ostéopathe. Mes angoisses se sont envolées, je vais enfin pouvoir reposer mon esprit après une écho, une radio et un IRM. Mais au moins, le check-up est complet!

Nous avançons remplis de confiance vers ce nouveau mois en espérant que la mission Vietnam de MDM nous apportera de bonnes nouvelles. Et pourquoi pas, les premières annonces d'apparentements d'enfants en bonne santé. Il nous est toujours possible de rêver, non?

dimanche 26 février 2012

Il y a une chose que tu dois savoir,

mon petit BabyChou, c'est que certains dimanches, ton Papa travaille.
Ces jours- là, il ne sera pas question de s'ennuyer ou de se lamenter sur son absence.

Nous pourrons commencer cette journée par un gros câlin dans notre lit. A moins que ce soit moi qui rejoigne ta chambre pour veiller sur tes derniers instants de rêves. Je m'approcherais doucement de ton lit et tenterait de percer ton sommeil en te murmurant des mots doux ou en caressant ta joue.

Pour changer de la semaine et faire de ce jour une fête, nous déjeunerons tranquillement. Tu n'échapperas pas aux tartines de Nutella, ton Papa t'ayant initié à ce plaisir. Puis nous nous préparerons à aller rendre visite à ton Grand-Papa & ta Grand-Maman.

Nous prendrons la grosse voiture, chargerons ton tricycle sans oublier ton doudou, et nous prendrons la route. Tu m'entendras chanter, tu ne pourras pas y échapper. Peut-être auras-tu envie de m'accompagner. Ou te seras-tu endormi, bercé par ces kilomètres qui nous mènent vers tes Grands-Parents.

Ta Grand-Maman aura cuisiné tard, la veille, pour préparer de quoi te régaler. Grand-Papa fera le clown pour te faire rigoler. Leur seule envie sera de te faire plaisir, ils t'auront tant attendu, Toi, leur petit BabyChou...

Après une courte sieste, nous partirons nous promener; ton tricycle sera de la partie. Nous adapterons la ballade à tes petites jambes. Même si nous savons que tu te lasseras de pédaler. De ton regard charmeur, tu séduiras ta Grand-Maman qui se fera une joie de te câliner et de te porter.

Nous ne repartirons pas trop tard. Juste après le goûter. Ou alors juste après le dîner, histoire d'en profiter. Tu sombreras dans un profond sommeil, sur le chemin du retour. Arrivés à la maison, je te porterais jusqu'à ta chambre. Je te coucherais en te murmurant combien je t'aime. Combien tu nous es précieux. Combien j'ai pu en rêver, de ces dimanches en famille, auprès de tes Grands-Parents...

Les enveloppes surprises


font du bien au moral.

Fin janvier, le moral était vacillant à l'approche de la date tant attendue de la reprise.

Pour nous apporter un peu de soutien, et en honneur du passage à l'année du Dragon, nous avons reçu une enveloppe rebondie très symbolique.

La petite enveloppe est à glisser sous l'oreiller pour nous protéger nous, et notre BabyChou.

Le dessin est à garder précieusement: peut-être avons-nous entre les mains l'oeuvre d'un futur artiste tendance. Petit Poulet, nous comptons sur toi pour faire de nous les détenteurs d'un trésor. Alors à tes pinceaux!

Merci les Amis de ne pas nous abandonner sur le bord du chemin, votre soutien nous est précieux ...

samedi 25 février 2012

Ce blog est pour moi


une vraie bouée de sauvetage. C'est ma béquille qui m’accompagne au jour le jour. C'est mon jardin secret où les membres de mon entourage n'ont pas nécessairement accès. Ces écrits qui m'accompagnent seront édités pour la boîte aux racines de notre BabyChou.

En lisant cet article chez Kakrine, il m'est apparue impossible que ce texte ne figure pas dans les pages imprimées de mon blog, tellement il se révèle proche de ce que nous traversons.

Il ne me reste qu'à vous souhaiter bonne lecture: vous verrez, votre moral remontera en flèche tellement nous sommes formidables ;)


"Attendre, bien sûr, fait partie de la vie. Ca fait aussi partie du processus d'adoption. Pour une grande partie. En fait, si vous traversez cette période d'attente en ce moment, vous pouvez être tenté de penser que c'est la seule partie du processus d'adoption. Du début de votre agrément jusqu'au matching, il semble qu'à chaque étape vous êtes soit en attente de quelque chose ou de quelqu'un.

"Waiting. Wondering. And probably worrying, too"

Attendre, s'interroger, et s'inquiéter aussi, probablement. Il est difficile d'imaginer que quelque chose de bon puisse sortir du fait de rester assis à attendre que quelque chose se produise. Mais croyez-le ou non, il y a certains bénéfices à en retirer:

Attendre :

- Vous a appris à être plus patient: "l'adoption, c'est une question d'attendre la bonne opportunité au bon moment et de lui sauter dessus avant qu'elle ne disparaisse. Une chose est sûre: les bonnes choses n'arrivent quà ceux qui attendent."

- Vous a appris à davantage apprécier le fait de devenir parents : "la parentalité est un privilège, pas un droit."

- Vous a aidé à devenir plus résilient: "Adopting isn’t for sissies" ("adopter, c'est pas pour les mauviettes").

- Vous a montré comment être plus déterminé: "l'adoption , ce n'est pas une question de si mais de quand."

- A fait de vous une personne plus aimante: "...et vous savez que si vous pouvez surmonter ça, vous pouverz juste tout surmonter. Et être plus forte."

- Vous a permis de devenir plus indépendants: "vous vous rendez compte qu'il n'y a vraiment qu'une seule personne qui peut vous aider à obtenir la ligne d'arrivée: vous."

- Vous a appris à être plus compréhensif: "expliquer à quelqu'un qui ne connaît rien à l'adoption comment ça se passe c'est comme expliquer à quelqu'un comme vivre à l'étranger ..."

- Vous a appris à devenir plus flexible: "l'adoption vous emmène hors de votre zone de confort."

- Vous a conduit à plus de compassion:" vous savez désormais qu'il ne s'agit pas toujours de vous ..."

- Vous a aidé à devenir plus organisée ... "et à (presque) maîtriser toutes les arcanes de la paperasserie administrative."

- Vous a appris à être plus confiant: vous ne savez pas quand ni de la part de qui "le coup de fil" va arriver. Vous devez faire confiance à votre instinct et croire que tout va bien se passer et de la manière dont c'est prévu."

- Vous a permis de devenir plus empathiques et de développer une véritable compréhension à l'égard de la mère biologique.

- A fait de vous quelqu'un de plus généreux: "la chose la plus importante que vous a appris ce parcours, c'est que d'autres ont une vie plus difficile que la votre, alors autant partager ce que vous avez."

- Vous a montré comment être plus réaliste: "Dans un premier temps, vous vous étiez promis de devenir parent dans les six mois. Puis, en huit mois. Puis, en douze mois. Maintenant plus de 20 mois se sont écoulés et vous n'êtes toujours pas parent. C'est une bonne chose que vous avez appris à gérer vos attentes et la façon de mettre les choses en perspective."

- Vous a appris à être plus ingénieux: "et la première leçon du parcours d'adoption est : quand une porte se ferme, une fenêtre s'ouvre."

- Vous a conduit vers plus d'espoir: "L'adoption, c'est construire des familles. Mais il s'agit aussi de construire des rêves."

- Vous a montré comment vous être plus reconnaissants: "Il a été prouvé à quel point vous êtes vraiment fort, et en plus, avec brio."

Mais voici de loin le plus grand bénéfice de l'attente pour adopter ...

Elle fait de vous une meilleure personne. Et juste à temps. Parce que le meilleur est encore à venir."


Trouvé sur le blog de Kakrine, qui l'a elle-même trouvé ici

dimanche 19 février 2012

Il y avait bien longtemps

que je n'avais pas acheté de livre pour notre petit BabyChou. Peut-être n'avais-je pas envie de voir une bibliothèque d'enfant enfler comme un ballon de baudruche, sans savoir jusqu'où cela nous mènerait ...

Mais il y en a un que j'avais sélectionné dans ma liste depuis de nombreux mois. Peut-être la petite fille de la couverture faisait-elle écho en moi. Est-ce la blondeur de ses cheveux. Ou alors ses petites couettes. C'est certainement le souvenir de ma Maman qui m'accrochait des cerises aux oreilles pour en faire des pendants lorsque j'étais petite.

Mais c'est aussi le titre qui raisonnait en moi. Comme la transcription exacte de ce nous vivons, jour après jour. De nouvelles attributions se feront-elles; aujourd'hui, peut-être ... Je me suis laissée bercer par cette jolie histoire, par les dessins chaleureux, par la ténacité dont fait preuve la petite fille. J'ai savouré les dernières phrases en y trouvant un réel réconfort, au milieu de cette attente interminable.

Ce livre m'a fait du bien. Il m'a redonné confiance. Alors je suis contente d'avoir rompu avec ces longues semaines sans achat de livres ... Quel sera le prochain sur la liste?

mercredi 15 février 2012

Le jour de la Saint Valentin,

ton SuperPapa m'a fait un aveu: il espérait pouvoir me faire la surprise d'un petit BabyChou. Mais rien ne s'est passé comme il le souhaitait... Alors ce n'est que partie remise: des Saint Valentin, nous en fêterons plein d'autres!

Fichue cigogne qui m'a volée mon cadeau! Un jour, j'aurai ta peau! Elle finira par me le livrer mon BabyChou tant esperé... Ou elle terminera à la broche, c'est une certitude!

lundi 13 février 2012

Il y a des jours

que nous subissons, et qui sont soudain allégés par une preuve d'amitié.
Il y a presque un mois maintenant, j'ai écrit ces quelques mois pour remercier une Amie qui m'est précieuse. Je vous les fais partager car ils représentent exactement les émotions ressenties, les mots ayant été écrits dans la soirée ...

"Ma tendre Amie,
Ce soir, je n'ai pas le courage de prendre mon téléphone: trop de déception accumulée pour une journée de reprise au boulot. Des larmes -nombreuses- ont coulé aux yeux de tous, sans retenue, sans pudeur aucune. J'ai subi les heures les unes après les autres, n'attendant qu'une seule chose, franchir le seuil de notre chez-nous pour y retrouver un peu de sérénité.
Mais ce soir, j'ai trouvé bien plus en glissant ma clé dans la boîte aux lettres: un paquet tout léger, mais préparé avec tant d'Amour et d'Attention. Ce paquet, je l'ai secoué pour essayer de lui faire dévoiler ses secrets avant de l'ouvrir: mais il n'a rien voulu me dire. Rien du tout. Du coup, j'ai pris mon temps. J'ai refait les gestes inverses aux tiens lorsque tu as confectionné cette surprise, en pensant fort à nous, j'en suis sûre.
Lorsqu'il fût ouvert, j'ai décidé de me saisir en premier de l'enveloppe, simplement annotée de mon prénom. J'ai découvert le message qui m'était destinée à moi, FutureMaman. Et j'ai senti ma gorge se serrer en lisant les mots tracés, et finalement les larmes ont à nouveau coulé. Mais cette fois-ci; ce fût des larmes de plaisir car pendant quelques secondes, nous avons été connectées, nous les Amies Mamans du Coeur.
Mes yeux ont quitté les lignes écrites de couleur argenté pour se poser sur un petit coffret tressé de mille couleurs. Je t'ai imaginée toucher, hésiter puis choisir ce petit objet sous la chaleur de l'Ethiopie. Lorsque j'ai séparé ce coffret en deux, j'ai découvert le trésor que tu y avais déposé: un bijou. Symbole du pays de naissance de tes Enfants qui -j'en suis certaine- t'accompagne également.
Ce soir, grâce à toi, après une journée harassante, j'ai retrouvé l'essentiel: être entourée d'Amis qui comptent pour nous et pour qui nous comptons. Beaucoup.
Alors merci, ma Tendre Amie, pour ces larmes de plaisir que tu as fait naître au bord de mes yeux.
Je t'embrasse bien fort; ainsi que tes Hommes. Sans oublier une pensée particulière pour ta Fille, liée aux émotions que tu viens de me faire vivre."

Pour l'anecdote, il y a 12 ans environ, nous nous étions achetées toutes les 2 le même pendentif dans une petite boutique sur Tours. Et la dernière fois que je l'ai appelée, elle le portait autour de son cou. Elle m'a racontée l’histoire de cette croix orthodoxe, achetée dans une échoppe où elle était cachée dans des tissus colorés ... Et 12 ans après, nous avons la même.

Mon Amie, je sais que tu vis actuellement des moments difficiles, mais saches que tu peux compter sur moi. Je suis à tes côtés.

vendredi 10 février 2012

Un mail qui donne

de l'espoir ...

Aujourd'hui, nous avons eu des nouvelles de notre OAA! Attention, pas d'affolement: nous n'avons pas la date de reprise, ni les quotas qui seront attribués à MDM! Mais nous avons reçu la brochure actualisée éditée pour l'adoption au Vietnam, accompagnée de la nouvelle feuille de coûts qui ont diminués.

Ce soir, à la maison, nous sommes contents d'avoir eu ce message. Cette actualisation des informations pour coller à la nouvelle procédure nous permet de valider les bruits de couloir qui nous accompagnaient depuis plusieurs mois maintenant.

Les informations essentielles sont les suivantes:
- la date de reprise n'est pas connue et surtout, la reprise ne se fera que très progressivement,
- il faut surveiller le site du SAI qui se chargera de la communication des quotas, toujours inconnus à ce jour!
- les accréditations des OAA ne sont pas achevées mais bien avancées,
- le rapprochement des dossiers entre enfants et famille adoptante se fera au DA sans intervention des OAA,
- les enfants ne seront adoptables que passé un délai de 6 mois,
- le Vietnam ne s'engage en aucun cas sur des délais,
- nous sommes 70 familles chez MDM en attente d'un enfant en bonne santé, dont 20 familles ré enregistrées,
- et enfin, une mission au Vietnam est prévue par MDM fin février.

Alors même s'il n'y a pas de quoi s'emballer ou faire de plans sur la comète, il est toujours bon de lire que les choses se mettent en place. Toujours trop lentement à notre goût, mais en place tout de même. Nous sommes évidemment un peu déçus de ne pas pouvoir nous projeter plus dans notre attente, mais nous gardons espoir de pouvoir le faire dans peu de temps.

Maintenant, il ne nous reste plus qu'à nous dire: vivement le mois de mars, que nous en sachions un peu plus avec le retour de la mission ;)

Et vous, avez-vous des nouvelles de vos OAA?


mercredi 8 février 2012

Comme l'année passée,

nous avons participé à l'assemblée générale de l'EFA de notre département à la fin du mois de janvier.

Outre le fait de revoir les copains adoptants, c'est aussi pour nous l'occasion d'avoir les chiffres de l'adoption de l'année passée. Comment vous dire ... Et bien, c'est pas folichon toutes ces stats ... On s'en doutait, mais c'est toujours troublant de l'entendre pour de vrai.

Il ressort de l'année 2011 qu'il y a eu seulement 13 adoptions réalisées de la façon suivante:
- 2 enfants nés en Chine,
- 1 en Inde,
- 3 en Lettonie,
- 3 en Russie,
- 1 au Vietnam,
- et 3 pupilles de l'Etat dont un enfant adopté par sa famille d'accueil.

Il y a eu 11 commissions d'agrément au cours de l'année, et il y a 110 agréments encours. Dont le notre.

Avec Cher&Tendre, nous avons constaté que certains couples ayant des agréments plus récents que nous avaient des attributions. Sur les couples ayant obtenu leur agrément à la même commission que nous en octobre 2009, nous sommes les seuls à ne pas encore avoir d'enfant. Ces constats n'ont pas pour but de nous miner le moral, loin de là: nous essayons juste de savoir si nous approchons de la "pole position" pour passer en conseil de famille!

Plus les mois passent, plus nos chances augmentent puisque notre département fonctionne à l'ancienneté pour la présentation des dossiers. Si le Vietnam attend encore plusieurs mois pour réouvrir -ce que je ne souhaite pas mais que je redoute- nous allons finir par être sur le haut de la pile. Comme nous l'avions dit lors de notre entretien des 2 ans d'agrément à notre travailleuse sociale; plus le temps passe, plus les chemins se rapprochent.

Rendez-vous l'année prochaine pour de nouveaux constats!

lundi 6 février 2012

Un dimanche

sous la neige.

Hier midi, il était prévu que mes parents viennent à la maison pour une raclette party. Depuis quelques jours, avec l'annonce des chutes de neige, nous devinions que ce serait peut-être partie remise.

Lorsque j'ai jeté un oeil par la fenêtre vers 9 heures, tout était recouvert d'un beau manteau neigeux. Habitant dans un hameau un peu reculé, nulle voiture, nulle personne n'avait foulé ce blanc tapis. Après avoir pris quelques clichés, j'ai tenu mon bulletin météo par téléphone auprès de mes parents: la raclette fût donc reportée à dimanche prochain!

Après avoir bien profité de la couette, nous avons fait des crêpes. Pour ne pas déroger à la tradition, Cher&Tendre a fait sauter la 1ère crêpe avec une pièce d'argent dans la main (bah oui, nous n'avions pas de Louis d'or à disposition!). Cher & Tendre n'a pas manqué de faire de l'humour en revisitant cette tradition à sa sauce: une crêpe sautée, un enfant dans l'année! Une amie m'a proposée une autre formule: si l'argent dans la main assure la fortune, il nous aurait fallu remplacer la pièce par un enfant, histoire de voir ;) Pour cette année, c'est loupé, mais je promets d'y réfléchir pour la prochaine chandeleur!


dimanche 5 février 2012

L'adoption

est une succession de deuils.

Tout commence par le deuil de l'enfant naturel. En ce qui nous concerne, cette étape s'est faite assez rapidement. Il faut dire que les résultats étaient incontestables. Chance d'être enceinte: nulle.

Étape suivante: le deuil de l'enfant âgé de quelques mois. Il est évident que l'image de parents adoptants débarquant à l'aéroport avec un tout petit dans les bras est devenue une image d'Epinal. Nous avons beau avoir noter que nous souhaitions un enfant le plus jeune possible, âgé de 0 à 3 ans, nous avons conscience qu'il aura au minimum 18 mois. Dans le meilleur des cas.

Ensuite, il nous faut faire le deuil de l'arrivée de l'enfant dans les 2 ans suivants l'acceptation par un OAA. Toutes les belles histoires que l'on a pu lire, entendre, observer ne sont plus que des chimères. 2 années ne sont plus suffisantes pour imaginer, se projeter, patienter, se morfondre. Non, aujourd'hui, à moins de 3 ans, nous sommes des mauviettes!

Concrètement, nous avons été capables de faire le deuil de l'année 2011 avec plus ou moins de bonne volonté. Pour ce qui est de l'année 2012, je l'ai encore en travers de la gorge. Car chaque mois qui s'écoule est un mois de plus, pas un mois de moins. Car il y a toujours autant de couples devant nous qui attendent. Donc lorsque la réouverture se fera, il nous faudra encore attendre, et attendre.

Alors oui, lorsque je lis qu'il ne faut rien attendre pour 2013, plutôt 2014; et bien je tombe de la commode! Même si cela se révèle exact, l'avenir nous le dira, je ne suis pas encore prête à faire ce deuil. Je ne vis pas la tête dans les étoiles, loin de là. Je dirais même que j'ai les pieds bien ancrés dans le sol. Et le dos voûté devant tous ces mois qui s'étalent devant nous, à perte de vue.

Ces mots ont suscité un vive émoi à la maison aujourd'hui. Parce qu'avant même de les lire, ce matin, Cher & Tendre me demandait ce qu'il se passerait pour nous, si le Vietnam ne réouvrait pas. Ce qu'il adviendrait de notre projet de famille.

Si j'écris ce soir, ce n'est pas pour créer un malaise, loin de là. C'est pour laisser une trace des montagnes russes qui font partie de notre quotidien, dans cette période d'intense questionnement. Dans ces moments où l'on est à l’affût de la moindre information tandis qu'il ne se passe rien. Rien du tout si ce n'est le tourbillon qui agite mon cerveau de FutureMaman en attente.

TOMA - Les bâtisseurs de France

mercredi 1 février 2012

Depuis hier soir,

tu n'as pas quitté mes pensées.

Quand ton Papa est rentré du travail cette nuit, il avait pour mission de venir me voir. Dans un demi-sommeil, je lui ai marmonné " C'est mort, nous n'aurons pas de nouvelles aujourd'hui! Le SAI a déjà publié son communiqué. On ne sait rien des quotas..."

Depuis ce matin, je traîne mon cœur lourd comme un boulet. Une amie m'a avouée qu'à notre place elle serait au trente sixième dessous. À être là, sans info. Au pied du mur, face à cette date tant attendue.

Alors cet après midi, j'ai eu les larmes aux yeux. C'est avec beaucoup d'amour que j'ai observé les traits de cette femme. Comme si je voulais les graver dans ma mémoire. Pour ne pas oublier ce jour si important pour nous. Cette femme, mon BabyChou, elle est âgée de 79 ans. Elle est née à Huê. Elle n'a jamais oublié sa langue maternelle, le vietnamien. Aujourd'hui, elle voulait simplifier ses affaires pour repartir vers sa terre natale, contre l'avis de ses enfants. À Ho Chi Minh City, comme elle le dit.

J'ai voulu lui dire à quel point j'étais émue de la voir aujourd'hui, précisément. Lui dire combien elle allait être proche de toi dans les mois à venir, tandis que moi je serai si loin. Je mourrais d'envie de lui dire à quel point je l'enviais de se rendre sur ce continent qui ferait de moi une FutureMaman, un jour.

Les yeux brillants, je lui ai dit cette simple phrase: vous êtes mon rayon de soleil du jour. Et elle ne sait pas à quel point c'est vrai. À quel point j'étais sincère.

Après son départ, je t'ai éloigné du bord de mes yeux d'où tu menaçais de tomber. Et j'ai serré les dents pour ne pas sombrer dans des rêves complètement fous ...

Ce 1er février ...

nous apportera t-il les bonnes nouvelles tant attendues?



L'avenir nous le dira ...

Tous nos doigts sont croisés.

Nous patientons. Encore et encore.