mardi 31 juillet 2012

La fille qui commençait à penser ...

qu'elle avait un "truc". Oh attention, rien de grave, rien de prétentieux. Peut-être pourrions-nous définir cela comme une sensibilité particulière. Ou alors une aura -rien que cela- incitant à la confiance. Peut-être ai-je simplement une bonne tête encourageant la confidence...
Tout cela pour vous dire qu'aujourd'hui, au détour d'une conversation ayant débuté dans mon bureau avec une cliente s’apprêtant à signer chez le notaire pour sa résidence secondaire, et bien j'ai eu les larmes aux yeux. Encore une fois.

Et oui, cette femme que j'avais déjà rencontrée m'a parlé de ses enfants; notre conversation ayant dérivée sur le bénévolat, la précarité puis le racisme (la preuve que oui, nous pouvons être conseiller financier et prendre le temps d'échanger avec nos clients ...). Elle m'a parlé de son fils de 23 ans et sa fille de 21 ans. Ses enfants ont été adoptés. En France. Un petit garçon d'origine maghrébine, une petite fille d'origine africaine. Alors les mots se sont échappés de ma bouche, je n'ai pas pu m'empêcher de lui confier que nous suivions son chemin.

Elle m'a parlé de l'adolescence rebelle, de son fils qui considère que la recherche de ses origines ne la concerne pas, qu'à l'inverse sa fille a voulu savoir avant sa majorité mais ne voulait pas la croire lorsqu'elle lui disait qu'il n'y avait rien. Elle m'a parlé de la blessure primitive, que nous parents adoptifs nous ne pourrions jamais refermée complètement. Mais surtout, elle m'a dit de ne pas douter et qu'une fois que notre petit serait dans nos bras, ce serait lui et pas un autre. Et tout cela, et bien çà fait du bien!

Mais tout de même, il y a une chose qu'il va falloir que j'apprenne à contrôler. A l'énoncé de la phrase "mes enfants sont adoptés", les larmes me sont montées immédiatement aux yeux: c'est grave docteur? Est-ce que les choses vont empirées ou le seul remède sera l'arrivée de notre BabyChou? Parce que pour tout avouer, j'ai parfois peur de passer pour une fille quelque peu névrosée ... Pas sûre qu'avec ce genre d'attitude, je conserve ma crédibilité ...

Alors? "truc" en plus ou hasard des rencontres? Quoiqu'il en soit, chaque échange me redonne des forces. C'est la seule chose qui compte ...

lundi 30 juillet 2012

Coupon 101


Voici une participation qui était attendue ... mais que ma bonne éducation m'empêchait de réclamer ;)

A l'occasion d'une rencontre, prise d'un doute, Elle me demande si elle a bien participé à notre BJB: l'occasion était trop belle pour lui avouer que non, son coupon manquait à l'appel ...

Pour ne pas déroger à sa règle, j'ai découvert que son enveloppe contenait plus que son coupon. Ce poisson volant coloré a pour but de conjurer le mauvais sort: et bien nous, nous avons envie d'y croire, si vous voyiez ce que je veux dire!

Pour ajouter un peu de bonne humeur à nos séjours à la plage, j'ai découvert un guide fort sympathique, que je recommande vivement!

Merci! Merci Katell pour ton humour décapant et ton soutien sans faille. J'en profite d'ailleurs pour te dire que les pâtes, c'est 60g par personne et 80g pour les hommes gros mangeurs selon une diététicienne ... Niarg Niarg Niarg ...

vendredi 27 juillet 2012

26 mois

Je dois avouer que notre espoir d'une annonce d'un apparentement au Vietnam était proche de zéro. Non pas que nous ayons baissé les bras. Mais il faut se rendre à l'évidence, la réouverture n'est pas pour tout de suite, loin de là. Cher&Tendre et moi-même en sommes même à nous demander si elle sera pour 2012. C'est pour vous dire ...

Malgré tout, cela ne nous a pas empêché de traverser ce mois supplémentaire sereinement. Lorsque l'on n'attend rien, il y a moins de chance d'être déçu. Même si je sais que je mens lorsque j'écris ces mots. Jusqu'au dernier jour de nos vacances, j'ai espéré un appel surprise du conseil général de notre département. Aucune raison particulière, aucun indice pouvant nous laisser espérer. Rien, si ce n'est le désir profond de devenir enfin maman...

Sur le chemin du retour, nous avons beaucoup parlé de toi, petit BabyChou. Entre espoir et résignation face à cette situation qui s'enlise, il nous semble parfois que nous nous essoufflons. Il nous arrive d'avoir peur, peur de devoir faire le deuil de notre parentalité. Il nous arrive de nous demander si nous serions malheureux sans enfant, et la réponse est non. Non, nous ne le serions pas car nous sommes bien tous les 2. Mais cela ne nous empêcherait pas de ressentir une certaine amertume face à ce que je considérerais aujourd'hui comme un échec.

Un mois de plus au compteur. Et comme je suis assez réaliste sur la suite de notre aventure, j'ai déjà trouvé tous les clichés qui illustreront les mois à venir, jusqu'au 36ème. Histoire de ne pas être prise au dépourvu.

mercredi 25 juillet 2012

Elle n'est pas parfaite ...

... mais c'est moi qui l'ai faite!

Bon d'accord, j'ai mis un an pour faire les finitions! Mais en même temps, j'ai eu raison de ne pas me presser car à ce jour, BabyChou ne s'est toujours pas pointé... A moins qu'il attendait justement que la chaise haute soit terminée!

J'aurais aimé que cette chaise soit un héritage de Cher&Tendre ou moi-même; mais il y a bien longtemps que tout le monde s'est débarrassé de cet objet. La tendance est d'ailleurs aux chaises en plastique, à roulettes, en forme de coque ou que sais-je. Sauf que moi, j'avais envie d'une chaise "traditionnelle". Après avoir farfouillé sur le net, elle se cachait finalement dans le village voisin.

Le choix du gris s'est imposé, elle sera donc assortie à la cuisine que nous venons de refaire. Même si elle présente quelques imperfections, elle me plaît bien cette chaise haute. Il faudrait tout de même que je me penche sur la question d'une assise moelleuse pour accueillir l’illustre postérieur de notre BabyChou. Pour ne pas être très originale, je verrai bien un tissu liberty ... mais cela implique qu'il faut sérieusement que j'envisage de dompter ma machine à coudre. Affaire à suivre. De toute façon, j'ai tout mon temps ...

mardi 24 juillet 2012

Les soldes?

Non merci! Pas pour moi ...

Les soldes se terminent avec le constat suivant: je n'ai rien acheté pour BabyChou. pas l'ombre d'un doudou, d'une tenue mixte, d'un jouet pour le bain. Rien, niet, nada, que dalle.

Je n'en ai tout simplement pas eu envie. Et surtout, je suis en manque cruel de projection: fille ou garçon? Petit ou petit grand? Nous n'en savons strictement rien, et tout me paraît tellement trop fille ou trop garçon. Je n'ai pas réussi à réfléchir plus à une éventuelle déco de chambre, à un thème couleur ... Et pourtant, BabyChou n'a pas quitté nos pensées pendant cette période de vacances.

Ce mois-ci, je me suis contentée d'étoffer un peu sa bibliothèque en me faisant plaisir grâce à ces histoires ayant bercées mon enfance. J'ai également ajouté l'indispensable "Homme de couleur" illustrant un poème africain sur la différence.

Non, cette année, je ne me suis pas lâchée pendant les soldes ... Attendons de voir ce qu'il en sera lors des prochaines ...

lundi 23 juillet 2012

Voilà, c'est fini ...

Il paraît que toutes les bonnes choses ont une fin. Je dois avouer que cette année, nous aurions bien rempilé pour une 4ème semaine sous le soleil de l’Hérault. La perspective de retrouver la grisaille ne nous réjouissait pas, mais heureusement le soleil est là depuis 2 jours ... Histoire de nous faire accepter le retour au travail ...

Cette année, nous avons pris le temps. Peut-être même plus que d'habitude je dirais. Nous ne nous sommes donnés aucun objectif si ce n'est celui de profiter. Zéro contrainte que ce soit dans les réveils, dans les activités, dans la préparation des repas. Et cela ne nous a pas empêcher d'ouvrir les yeux vers les 9h, de ne pas faire de sieste parce que nous n'en avions pas envie, de faire du vélo pour aller à la plage, d'aller au marché et de déguster les produits frais, d'avaler des centaines de kms de piste cyclable pour Cher&Tendre... De vraies vacances, en fait.

Tout comme l'année passée, je suis allée à la rencontre de la maman de Lisa au bord de la plage, un matin. Mais cerise sur le gâteau, j'ai aussi pu serrer dans mes bras la maman d'Hannah. Un moment de plaisir partagé, les pieds dans l'eau, un oeil sur les filles. Nous avons évidemment parlé de l'adoption, mais aussi de l'actualité au Vietnam, des rencontres EFA et de leur organisation dans leur département... Après un goûter assises sur les serviettes, nous nous sommes refixés une rencontre avec les z'hommes pour un dîner. Véro & Franck nous ont fait le plaisir de nous accueillir chez eux; Lisa & Hannah se sont chargées de l'animation! Après le dîner, nous sommes restés sur la terrasse pour échanger, et plus particulièrement sur les pupilles: merci pour votre écoute, merci pour ce partage, cela nous est allé droit au coeur. Promis, nous remettons cela l'année prochaine!

Au cours de ces vacances, nous avons également passé quelques jours avec une de mes belle-soeurs et sa fille de 12 ans, presque 13. Nous avons côtoyé l'Ado dans toute sa splendeur; et je pense que cela mériterait même un post rien que pour elle. Nous avons passé de bons moments tous les 4; en attendant l'arrivée d'une autre de mes nièces avec son chéri. Mais le calendrier se déroulant irrémédiablement, nous avons dû refaire les valises, reprendre la route dans l'autre sens afin de retrouver notre Home Sweet Home.

Voilà, c'est fini. Les batteries sont rechargées, nos peaux ont une couleur bien dorée. Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin.

vendredi 13 juillet 2012

Oui, nous avouons tout!

Il y a longtemps que je souhaitais en parler, mas aujourd’hui, il est temps de passer aux aveux. Oui, nous vous devons de dire la vérité, de révéler nos travers aux yeux de tous : Cher&Tendre est moi-même sommes des mateurs.

Rien n’y fait, nous ne pouvons pas nous en empêcher. Dès que nous sommes bien installés sur nos serviettes, nous passons en mode scrutage avec une cible toujours identique. Nous avons beau tenté de nous diversifier, rien n’y fait. Nous sommes toujours irrésistiblement attirés … par les enfants.

Oui, nous le savons, c’est moche. Mais pour nous, c’est un réel plaisir. Nous aimons observer les relations parents-enfants, nous nous imaginons à leur place. Ou non, selon les cas d’ailleurs. Nous nous délectons des aventures que vivent tous ces petits au bord de l’eau entre les châteaux à construire, les trous à creuser, les seaux à piquer chez les voisins, les serviettes à recouvrir de sable au grand damne des adultes présents…

Nos yeux sont attirés par les petites filles, comme par les petits garçons. Qu’ils soient blonds ou bruns, blancs comme des cachets d’aspirine ou tous bronzés, tenant tout juste debout ou galopants sans un regard pour leurs parents.

BabyChou, saches que ton Papa est déjà conscient qu’il devra faire une croix sur sa sieste à la plage ; et que ta Maman devra lâcher son bouquin. Ne sois pas inquiet, nous serons au bord de l’eau, juste au bord de l’eau histoire de ne pas te perdre de vue. Le poste de secours ne sera pas loin, pas question de prendre de risque pour la prunelle de nos yeux. Nous ne sommes pas tout à fait d’accord si nous aurons recours au parasol ou à la tente; mais il sera toujours temps d’improviser le jour J. Nous sommes cependant tous les 2 pour le T-Shirt anti UV, tu ne pourras pas y couper, et nous nous serons rassurés.

Oui, nous avouons tout. Même à la plage, nous pensons à notre enfant. Nous pensons à toi, notre BabyChou.



dimanche 8 juillet 2012

Le soutien ...

Il y a mille et une façons de recevoir du soutien dans cette période irréelle de silence de la part des autorités vietnamiennes. Cela peut venir d’un commentaire nous incitant à ne pas lâcher prise ou de la vidéo d’un bébé jouant avec son Liliputien. Ou alors d’un nouveau coupon pour le BJB de notre BabyChou. Ou encore d’une enveloppe surprise pour nous rappeler que nous ne serons pas lâchés par les copines déjà Mamans qui attendent de nous voir enfin comblés par la présence de notre petit… Oui, il y a bien mille et une façons de recevoir du soutien.

Il y a 3 semaines environ, j’ai reçu un soutien totalement inattendu de la part d’une "déjà Maman" d’un petit garçon ayant vu le jour au Vietnam. Je suis toujours très émue par les mots adorables qu’elle sème à notre attention, elle-même ayant subi de nombreux maux avant de serrer son petit Tigre dans ses bras. Aujourd’hui, elle n’a rien oublié de ce qu’ils ont traversé. Mais elle aussi, elle est à nos côtés alors qu’il serait légitime qu’elle souhaite mettre un peu de distance avec notre souffrance liée à l’attente, et à ses incertitudes.

Lorsque j’écris que son soutien fût inattendu, ce fût sur la forme choisie. Cette Maman, membre actif de l’EFA de son département, a souhaité partager avec moi le témoignage de parents ayant vécu une attente quelque peu hors norme. Dès la première lecture, je me suis sentie comprise et surtout, moins seule dans cette aventure délirante. Celle où les délais annoncés s’allongent mois après mois sans que nous puissions y faire quoique ce soit. L’histoire ne commence pas à la même époque mais en 2006, avec des dossiers déposés pour la Chine et non pour le Vietnam. Mais si le pays et l’année diffèrent, cette attente à rallonge se présente des points communs avec notre parcours. Ces parents à qui l'on avait annoncé un certain délai, et qui se retrouvent finalement en situation de renouvellement d’agrément sans attribution ... Voilà ce vers quoi nous nous dirigeons mois après mois.

Mais étrangement, ces 2 témoignages m’ont apaisée et non attristée ou enterrée. J’ai compris que notre force, c’était de continuer à y croire, coûte que coûte. Que nous devions avancer aussi sereinement que possible vers notre Petit, même si le poids des jours se fait parfois un peu trop lourd. Ces 2 histoires ont des fins heureuses avec l’arrivée d’une petite fille et d’un petit garçon pour combler ces 2 familles. Je nous souhaite une fin toute aussi heureuse mais en attendant de pouvoir écrire les pages de cette nouvelle aventure, je voudrais te dire merci. Merci Gaëlle de m’avoir fait pousser bien fort au fond de la piscine pour reprendre mon souffle à la surface. Merci d’être là, merci d’avoir su trouver les mots pour me faire reprendre confiance en moi. Confiance en nous.

Décidément, le soutien peut avoir mille et une formes. Et même celui de visages totalement inconnus comme dans ce cas précis… Alors, Merci les Clem’ ! Nous ne nous connaissons pas, mais vos histoires nous ont beaucoup aidés. Et c'est la seule chose qui compte ...



mercredi 4 juillet 2012

La règle, c'est la règle!

On entend souvent dire « Avant j’avais des principes, maintenant j’ai un enfant ». Je pourrais citer quelques cas de copines qui ont abdiqué devant les Barbapapa, l’amour inconditionnel des éléphants, ou bien même devant la tétine ; mais là n’est pas mon propos …

BabyChou, saches qu’il y a une chose sur laquelle je serai intransigeante, ce sera celle qui régit les clés. Il sera hors de question que tu joues avec les clés que ce soit celles de maison, de la voiture, de ce que tu veux. Ce ne sera pas la peine d’essayer de m’amadouer, je t’avertis tout de suite. S’il y a une personne auprès de qui tu devras te plaindre de la mise en place de cette dictature, c’est auprès de ton SuperPapa !

Dans tous les bons manuels éducatifs, on nous explique que pour faire appliquer une règle à un enfant, il faut lui expliquer pourquoi elle a été mise en place. BabyChou, je sais que ce qui va suivre va te faire rire. Mais je t’assure que dans la vraie vie, ce n’est vraiment pas drôle pour mes nerfs !

La 1ère expérience a eu lieu un jour de départ en vacances au ski. Quatre adultes dans une Clio, un coffre de dos fermé et archi-chargé. La maison est fermée, le contact est mis pour partir lorsque soudain, SuperPapa se demande s’il a bien pris toutes les clés dont les clés du coffre de toit. Et là, s’en suite une fouille désorganisée de tous les endroits où les fameuses clés –celles du coffre de toit bien sûr- auraient pu être rangées. La tension monte, FutureMaman laisse faire SuperPapa histoire de ne pas l’oppresser puis finit par se mettre elle aussi à la recherche de ces vilaines clés qui finalement se trouvaient … à leur place, dans la pochette zippée du sac à dos !

Cette histoire faisait donc partie des anecdotes dont nous aimions nous souvenir lorsque nous pensions à ces fameuses vacances au ski. SAUF que Cher&Tendre n’a rien trouvé de mieux que de renouveler l’expérience cette année ; mais en passant au niveau supérieur parce qu’il est fort, ce SuperPapa et qu’il n’aime pas faire les choses à moitié !

Nous sommes samedi soir, les valises sont prêtes, la maison est quasiment finie de ranger. Cher&Tendre veut vérifier que tout est ok pour les anti-vols de la moto et là, il découvre qu’il ne trouve pas le trousseau de clés. Après avoir retourné la maison, vérifié tous les tiroirs, passé plus d’une heure à chercher, il faut se rendre à l’évidence : impossible de remettre la main dessus ! C’est à ce moment qu’il m’annonce qu’avec les clés de la moto, il y avait les clés de la maison, les 2 … La nuit fût très agitée, le temps de sommeil très très court, et le départ en vacances retardé. Plutôt que de se torturer l’esprit pendant des heures et de fouiller là où nous l’avions déjà fait, nous avons choisi la solution de facilité : changer toutes les serrures sans exception ! Rien que cela…

Alors BabyChou, tu comprendras bien que ta FutureMaman a eu son lot de clés perdues, d’heures de recherche sans succès, de nerfs en pelote. Donc, NON tu ne joueras pas avec nos clés, mais OUI –comme nous ne serons pas des parents tortionnaires- tu auras droit à des clés factices histoire de ne pas être rejeter par tes petits camarades.

Et si tu as une réclamation à faire, vois avec ton père !