jeudi 27 juin 2013

37 mois

Rien de particulier à dire pour ce mois supplémentaire.

Notre OAA nous a contactés pour une rencontre avec l'équipe psychologique afin de nous aider à gérer notre attente. J'ose dire que nous nous en sortons plutôt pas mal compte tenue du contexte... Je ne sais pas trop ce que cet entretien pourra nous apporter, nous verrons tout cela en septembre.

Je n'ai rien attendu de particulier de ce mois de juin. Mon esprit fût plutôt occupé par quelques changements au niveau pro. Du coup, l'adoption et notre attente sont passées au second plan. Cela m'a un peu allégée.

Côté Vietnam, rien que de neuf chez MDM. Et pas grand chose non plus dans les autres OAA. Ce silence est vraiment pénible. C'est encore pire depuis le début de l'année ... Seulement 2 attributions en 6 mois pour des enfants en bonne santé. On croit cauchemarder, mais c'est bel et bien la réalité.

Ne croyant pas aux miracles pendant l'été, je crains qu'il nous faille attendre septembre pour voir les dossiers bouger. On verra si l'avenir me donne tort ou raison... J'aimerais bien me tromper...


jeudi 20 juin 2013

Il suffit

parfois de peu de choses pour retrouver un peu de légèreté. Pour faire un saut dans le passé. Là où il n'était pas question d'adoption, de travail, de responsabilité. Là où l'insouciance était le maître mot.

Cette période, c'est celle de l'adolescence. Celle où l'on ne me demandait rien d'autre que de bosser à l'école. Où je passais des heures allongée dans ma chambre à bouquiner; à rêvasser, à écrire dans mon journal intime les aventures ordinaires qui animaient ma Vie.

Dans ma chambre, il y avait toujours un fond sonore. Avec une préférence pour la musique classique. De préférence interprétée au piano, instrument que j'ai étudié pendant plus d'une dizaine d'années.

J'avais un peu oublié le réconfort apporté par mon pianiste préféré jusqu'à ce soir. Au hasard d'une vidéo, j'ai eu la surprise de découvrir une adorable Brindille jouant une valse que j'aime particulièrement. Outre l'émotion provoquée par l’enchaînement des notes, je me suis sentie sécurisée par cette musique reconnue et appréciée. J'ai immédiatement retrouvé l'effet apaisant que me procurait cette mélodie, vingt ans en arrière. Et j'ai eu envie de replonger. Complètement.

Comment ai-je pu passer à côté de la vertu thérapeutique de Chopin au cours de ces dernières années? Comment ai-je pu laisser le quotidien l'écarter sournoisement? Peut-être pour connaître le plaisir de le retrouver ce soir, et de vivre cette redécouverte. Tout simplement.

Mais j'y pense, je pourrais peut-être me replonger dans l'oeuvre de George Sand pendant que j'y suis...


samedi 15 juin 2013

Lettre à toi

Petit BabyChou,

Ces mots que je laisse depuis maintenant plusieurs années à ton intention ont pour but de te faire ressentir à quel point nous t'avons attendu. Ces derniers temps, je suis un peu moins bavarde. L'attente fait partie de notre Vie. Elle est présente, chaque jour, avec plus ou moins de poids.

Je n'avais pas particulièrement prévu de laisser de trace de mes pensées aujourd'hui, mais je suis bouleversée. Et c'est dans ces moments que j'aime que les mots prennent le dessus. Pour essayer de transcrire mes larmes. En regardant ce reportage sur le retour aux origines, je me suis sentie Maman et j'ai été envahie par l'émotion en découvrant ces enfants, devenus grands. Et toujours aussi marqués par cette singularité qu'est leur adoption.

Petit BabyChou, je sais que jamais je ne pourrais comprendre exactement ce que tu ressens. Parce que je vivrais nos relations avec ma position de Maman. Et non d'enfant. Parce que ton Grand-Papa et ta Grand-Maman m'accompagnent depuis le jour où mes yeux se sont ouverts sur ce Monde. Et que toi, tu devras te construire en apprivoisant la blessure de l'abandon.
Les choses ne seront pas toujours simples. Les interrogations prendront peut-être le pas sur les certitudes. Saches que tu pourras compter sur nous pour te soutenir. Aussi difficile que sera le chemin que tu emprunteras pour te construire, nous veillerons à rester à tes côtés; si tu le veux. Parce que tu seras la prunelle de nos yeux, notre enfant tant espéré et tant attendu.

Il y a autre chose que je tiens absolument à t'écrire. C'est grâce à toi que nous deviendrons des parents. Nous avons si hâte de t'ouvrir nos bras et de te loger dans nos cœurs. Si j'avais une baguette magique, je t'épargnerais la naissance sous le secret ou les mois passés en orphelinat. Mais je n'ai pas ce pouvoir. Et c'est aussi cette histoire si précieuse qui fera de toi la personne que tu deviendras.

BabyChou, sois fier de toi. Tu le mérites.

Tes parents qui t'aiment xxx


Le lien ICI ... mais préparez les mouchoirs, je vous aurais averties! (M6 replay Le Mag du 15 juin 2013)

jeudi 13 juin 2013

Parce qu'il fait partie

de mes souvenirs d'enfance, je n'ai pas pu résister lorsque je l'ai découvert sur un célèbre site de vente entre particuliers. En plus, je pouvais le récupérer au pied de mon travail. L'occasion était trop belle!

Il y a dans les albums photos de mon enfance, une photo réalisée lors de l'anniversaire d'une de mes copines de danse. Une petite brune prénommée Elsa. Et puis il y avait aussi Hélène et Magali. Toutes les 4, nous avions passé l'après-midi à jouer avec l'arbre magique d'Elsa. Je m'en souviens comme si c'était hier.

Je suis toute contente de l'avoir enfin à la maison. Pour notre BabyChou. J'ai pris un vrai plaisir à redécouvrir chaque élément, à les nettoyer, à tout remonter. En attendant de pouvoir observer les petits personnages vivre des aventures incroyables dans les yeux de mon petit.

Pour le moment, il est à l'abri des regards et non pas exposé dans notre salon. Mais tous les matins, je pose mon regard dessus lorsque je vais choisir ma tenue du jour. Et c'est toujours même plaisir. Pas de doute, j'ai eu raison de céder à la tentation, sous couvert de préparer l'arrivée de notre BabyChou!

Et vous, avez-vous envie de retrouver les jouets de votre enfance?



lundi 3 juin 2013

Il y a quelques semaines,

mon moral était totalement "down". Je ne vais pas vous faire croire que je suis tout en haut de la vague aujourd'hui, car j'ai conscience que l'équilibre reste fragile. Mais je dirais que je m'en sors pas trop mal. Pourvu que cela dure. Mais revenons à nos moutons.

Lorsque le moral est coincé au fond des chaussettes, rien ne vaut une enveloppe rebondie en rentrant du travail pour qu'un sourire rejoigne mes lèvres.

L'expéditrice s'était chargée d'une mission: me faire parvenir un peu de douceur. Et je peux vous affirmer qu'elle a réussi son pari!

Je vous confirme que ce petit Ourson est tout doux. C'est d'ailleurs l'unique de cette collection, même si je lorgnais dessus depuis plusieurs mois. Sauf que ce dernier m'était destinée. Pour câliner mon coeur. Il n'a donc pas rejoint la déjà-grande collection de notre BabyChou dans sa chambre, mais il est bien en vue dans notre salon. A portée de main si besoin.

Merci de penser à nous, malgré les moments difficiles que vous traversez. Ton pari est réussi. Tu m'as amenée un peu de douceur grâce à ma boîte aux lettres ...

J'ai lu ces mots écrits par un prêtre il y a quelques jours et j'ai eu envie de les partager avec vous toutes, les FuturesMamans en plein doute. Histoire de vous donner un peu de force pour les jours à venir:


Il y a toujours une étoile dans ton ciel, 

Si tu sais regarder, si tu veux regarder. 
Même au plus profond de la nuit, 
Quand tout semble perdu, que tu te crois abandonné, 
Lève les yeux, regarde et avance. 

Il y a toujours une étoile dans ton ciel, 
Allez, rien n'est jamais fini, 
Tout peut recommencer si tu le veux ; 
Les possibles sont à portée de cœur. 
Si tu sais garder l'espérance, 
Lève les yeux, regarde et avance. 

Il y a toujours une étoile dans ton ciel. 
Bien sûr, de temps en temps la nuit l'emporte, 
Mais tu le sais, ce n'est que pour un temps ; 
Rien ne peut résister aux soleils à naître, 
Tu verras, ils embraseront ta nuit de lumière. 
Lève les yeux, regarde et avance. 

Il y a toujours une étoile dans ton ciel, 
Comme une invitation à te lever pour partir, 
Comme un signe qui jamais ne se lasse. 
Allons, redresse-toi, tu n'es pas seul. 
Regarde, il est là celui que tu attendais.