mercredi 28 août 2013

39 mois


Sans surprise, nous avons ajouté un mois à notre compteur. Quand j'écris sans surprise, ce n'est pas parce que je suis blasée. C'est juste parce que nous avons conscience que tout est ralenti au mois d’Août.


La reprise du travail s'est bien faite, les week-ends ont été bien chargés. Nous n'avons pas vu le temps passer... 

Sautons à pieds joints dans notre 40ème mois d'attente. En espérant qu'il soit aussi léger que celui qui vient de s'écouler! Nous gardons le cap calmement. Pourvu que ça dure!

Nul ne peut imaginer

tout ce par quoi nous passons, depuis tous ces mois. J'ai du mal à l'écrire, mais je me dois d'être honnête avec moi-même, et accepter de dire: depuis toutes ces années.

Lorsque nous nous élançons sur le chemin de l'adoption, le cercle des relations s'agrandit d'un seul coup. Parce que nous avons soif d'information, parce que nous désirons par-dessus tout comprendre l'adoption et être compris dans notre réflexion. S'en suit alors des échanges sur les forums, un ratissage en bonne et dûe forme des sites internet dédiés, une lecture intensive des livres traitant du sujet, et des heures à lire les blogs des parents adoptants ayant parcouru le chemin avant nous.

Nous n'avons pas échappé au phénomène: notre bibliothèque regorge de livres, nous avons rencontré des couples pour franchir le cap du virtuel au réel, nous sommes adhérents à l'EFA de notre département, et je me suis lancée dans l'écriture de ce blog laissant ainsi à mon tour une trace de notre parcours.

Mais il faut se rendre à l'évidence: notre cercle de relations est en train de rétrécir. A moins qu'il ne soit tout simplement en train de se recentrer. Je n'ai pas vraiment d'explication valable à propos de ce phénomène, je n'ai que des pistes de réflexion.
- La première qui me vient à l'esprit est que les mois s'ajoutant aux années, nous devenons pénibles avec notre attente qui n'en finit pas. Et bien oui, comment avoir encore envie d'interroger un couple sur son projet quand il répète toujours la même chose, à chaque fois: nous attendons, nous avons bon espoir, mais le pays reste souverain, tout comme le conseil général d'ailleurs.
- La seconde hypothèse, c'est qu'une fois que les familles sont constituées, force est de constater que le lien n'était pas suffisamment fort pour que les relations tiennent sur le long terme. Que continuer à donner la main à ceux qui sont toujours en attente ne sert qu'à rappeler que les choses ne furent pas simples. Sans se poser la question de savoir si cela n'est pas trop pénible pour ceux qui attendent encore. Parce que le seul point commun était le chemin que nous prenions pour fonder notre famille.

Alors oui, notre cercle se rétrécit. Mais ceux qui sont à nos côtés sont des petites pépites que nous portons bien précieusement dans nos cœurs. Parce qu'ils sont capables de nous faire partager d'heureuses nouvelles sans crainte de nous blesser, mais en nous les offrant comme des cadeaux. Parce qu'ils partagent leurs moments de joie comme leurs doutes, parce qu'ils ont toujours un petit mot gentil à notre attention. Parce qu'ils osent nous dire qu'aussi difficiles que fût leur chemin, ils ne peuvent pas tout à fait comprendre ce que nous vivons mais qu'ils seront là. A nos côtés. Jusqu'au bout.

Nul ne peut imaginer tout ce par quoi nous passons, mais tout serait encore plus difficile si nous ne vous avions pas à nos côtés.



dimanche 25 août 2013

6 ans


Aujourd'hui, cela fait 6 ans que nous nous sommes dit "Oui". Et contrairement à aujourd'hui, il faisait un temps magnifique.

Je ne dirais pas que les années glissent sur nous puisque quelques rides sont venues s'accrocher aux coins de nos yeux, et des cheveux blancs se mélangent maintenant aux autres. Mais cette année encore, je me suis surprise à recompter le nombre d'années. Histoire d'être certaine du nombre.

C'est lorsque nous regardons les gens qui nous entourent que nous ne pouvons nier que le temps passe. Il y a les êtres chers qui nous ont quittés même s'ils restent présents dans nos cœurs. Ceux qui n'ont pas résisté à l'usure du temps et ont disparu de la circulation. Il y a les couples que nous avons rencontré sur le chemin de l'adoption et qui nous tiennent la main. Les amis de longue date qui restent à nos côtés.

Aujourd'hui, cela fait 6 ans que nous nous sommes dit "Oui". Et vivement l'année prochaine que nous sachions si nous le fêterons à 3 ...


lundi 12 août 2013

BabyChou,

tu peux pointer le bout de ton nez: je suis prête! Attention, ce n'est pas moi qui le dit, ceux sont les copines. Il semblerait que ta Maman ai passé le test haut-la-main, elles sont unanimes!

Au programme, il y a eu:
- je porte bébé dans les bras,
- j'occupe bébé sur mes genoux,
- je reçois le vomi de bébé sur mon beau tee-shirt sans hurler, ni volonté de le restituer à sa Maman,
- je converse avec bébé à grand renfort de gazouillis,
- je prends bébé en photo sous toutes les coutures,
- je laisse bébé bavouiller sur mon bras en raison des dents qui commencent à pousser,
- je file chercher bébé dans son lit car vraiment il n'a pas envie de dormir,
- je gère la mise en place du gilet sur bébé installé dans le manduca avec sa Maman,
- je porte dans les bras la cousine de 2 ans qui a bien compris comment me séduire,
- je suis capable de dire que le lit de bébé est de la collection du suédois ... et là, je passe vraiment pour une dingue!

Vous l'aurez compris, cet après-midi, je me suis régalée. Je suis allée découvrir Lalia, la petite de ma collègue dont je fus si proche au cours de sa grossesse. Je l'ai trouvée épanouie dans son rôle de Maman et j'ai aimé nos moments de partage. C'est avec émotion qu'elle a découvert les réalisations que j'avais faites pour la chambre de la petite. Et j'ai aimé lui faire plaisir.

BabyChou, les copines sont formelles: je suis plus que prête pour devenir ta Maman. Tu as les cartes entre les mains. A toi de décider, c'est quand tu veux!

Premier BJB cousu!



C'est en discutant avec les copines cet été que je me suis aperçue que je n'avais pas publié au sujet du BJB de BabyChou! Il est grand temps de remédier à cet oubli...


J'ai toujours eu envie de me lancer dans la couture. Pour tout vous dire, je possédais une machine prête à fonctionner depuis au moins 5 années. Elle attendait sagement dans son carton. Toute neuve.

Et puis en fin d'année dernière, j'ai passé le week-end avec une amie qui coud depuis plusieurs années. J'avais déjà pu voir les costumes réalisés pour la danse et étais admirative de ses créations. Et là, elle me parle des réalisations faites pour la chambre de sa fille, tout en m'assurant que non, ce n'est pas forcément compliqué de se lancer. C'était le déclic dont j'avais besoin!

C'est alors que j'ai regroupé tous les coupons reçus, je les ai lavés et coupés à la taille souhaitée. Face au nombre importants de coupons, je n'ai pas eu envie de faire un seul grand BJB. Je me suis plutôt imaginée avec un pour le lit, un pour se pelotonner sur le canapé et un petit pour les voyages ou la voiture. Compte tenue des participations massives, je pouvais tout à fait suivre mon envie.

Une fois l'assemblage des carrés réalisé, il m'a fallu réfléchir au dos. J'ai sélectionné plusieurs tissus et demandé à Cher&Tendre de faire son choix: le jaune ananas à pois l'a remporté haut à la main!

Outre vos bons vœux rattachés aux carrés et la couture faite au fil rouge, j'ai eu envie d'ajouter un symbole supplémentaire qui ferait que le BJB de BabyChou soit unique. J'ai donc ajouté 3 rubans représentant notre aventure: le blanc pour BabyChou, le rouge pour le chemin qui nous mène à lui, et le rouge à pois pour la famille que nous formerons lorsqu'il sera dans nos bras. Chacun de ses BJB sera orné de ce symbole.

Merci. Merci pour vos participations. Cette couverture attend sagement que les nœuds du fil rouge se démêlent, je suis persuadée que les ondes positives qui y sont liées y contribuent jour après jour!



Les participantes pour celui-ci: 
Alexia, Aurélie, Dorine, Frédérique, Gaëlle, KiKine, Kristel, Laurence, Maëlle, Mélinda, Noëlla, Patou, Peggy, Sophie, Sylvie, Sony, Tita

jeudi 8 août 2013

8 choses à ne jamais dire à une famille adoptive

Voici un article dans lequel NOUS, nous n'apprenons rien -du moins, je l'espère ...- mais qui peut se révéler éducatif s'il est lu par le plus grand nombre!


"L’adoption est une étape importante dans la vie d’une famille. Chargée d’affects, mais aussi de craintes, difficile pour les proches ou pour les gens gravitant autour de la famille adoptive de toujours parvenir à se positionner. Tact et prudence sont nécessaires, mais comment ? En évitant par exemple certaines phrases maladroites…

Lequel est votre « vrai » enfant ?
Pour beaucoup de parents adoptifs, cette question peut se révéler glaçante. « Chaque enfant de la famille est leur enfant » nous explique Johanna Sicard, psychothérapeute, « Cette question induit que le seul vrai lien est le lien biologique ».

Il a tellement de chance que vous l’ayez adopté
Même si vous pensez complimenter le parent adoptif, vous laissez entendre qu’il a déraciné l’enfant ou que l’adoption est un acte de charité. « L’adoption implique une perte » explique notre psychothérapeute, « C’est la perte de la première famille de l’enfant, un environnement, une culture. Dire qu’il est chanceux c’est invalider ce socle et les sentiments qui en découlent ».

Combien vous a-t-il coûté ?
Parler de l’enfant comme d’un achat est extrêmement maladroit. « Bien sûr qu’il y a des frais liés à l’adoption, tout comme il y en a pour un accouchement » nous dit Johanna Sicard, « Cette question du coût de l’adoption concerne davantage les institutions que l’enfant lui-même ».

Vous allez probablement tomber enceinte maintenant…
Ce que cette remarque peut sous-entendre, c’est que l’enfant adoptif n’est pas aussi précieux que l’enfant biologique. « C’est aussi supposer que l’adoption n’est qu’une réponse aux problématiques d’infertilité, or c’est faux. Un enfant adopté n’est pas une seconde option, c’est un choix à part entière » précise notre psychothérapeute.

Pourquoi a-t-il été abandonné ?
Il y a plusieurs questions similaires, comme « Que savez-vous de son histoire ? », « Qu’est-il arrivé à ses parents ? »… Dans tous les cas, ces questions sont intrusives et très personnelles. « Pensez-y vous concernant… Comment réagiriez-vous si une personne vous demandait dans quelle position vous avez conçu votre enfant ? » dit Johanna Sicard. Cette histoire appartient à l’enfant et à ses parents adoptifs, mais en aucun cas elle n’est là pour satisfaire la curiosité des autres.

Mais ils se considèrent frères et sœurs ?
Le message implicite est qu’il y a une vraie différence entre les enfants biologiques et adoptifs d’une même fratrie. « Mes enfants sont frères et sœurs, et peu importe le reste » nous dit Martine, dont l’un des enfants est le fruit d’une démarche d’adoption. Etablir une différence scinde la famille et la fragilise.

Et s’il cherche ses vrais parents ?
Ce genre de question contribue à entretenir le mythe selon lequel les familles d’adoption ne sont que des familles tempoBeaucoup de gens continuent à croire en ces clichés. Mais le rapport à l’adoption aujourd’hui est beaucoup moins secret qu’auparavant : on en parle et cela fait partie de l’histoire personnelle de l’enfant. Les parents adoptifs ne sont pas des parents de second plan ».
raires, qui jouent un rôle tant que l’enfant ne parvient pas à établir de lien avec ses parents biologiques. «

Pourquoi avoir adopté à l’étranger alors qu’il y a plein d’enfants ici ?
Aucun enfant n’est plus digne d’être aimé qu’un autre. Aucun enfant ne mérite davantage une vie de famille heureuse qu’un autre. Adopter à l’international ne veut pas dire qu’on ne prend pas en compte les besoins des autres enfants, mais s’inscrit dans un projet et une démarche propre à chacun. « Ce qui compte, c’est le bonheur de la famille et de l’enfant. Pas l’endroit où l’enfant est né » conclut Johanna Sicard."

Rafaële Réal © Pampa Presse lu ici


mardi 6 août 2013

Le soutien

Vaste sujet lorsque nous sommes dans l'attente. Dans l'attente qui se prolonge, mois après mois, sans aucune idée de la date à laquelle elle prendra fin.

Il est toujours plaisant et réconfortant de savoir que nous ne sommes pas seuls. Les témoignages arrivent sous des formes complètement différentes. En faire une liste précise serait beaucoup trop difficile. Je me contenterais de citer en vrac:

- les mails sans raison, juste pour dire que l'on pense à nous
- les textos pour tout et n'importe quoi
- les encouragements des pipelettes dans les moments de doute
- les clichés des enfants au quotidient ou s'éclatant en vacances
- les kidnappings d'enfants autorisés par les parents, histoire de se délecter des petites joues à bisouiller
- les appels téléphoniques pour tout et n'importe quoi
- les rencontres entre couples se comprenant
- les enveloppes dodues dans les boîtes aux lettres
- les cachotteries pour faire plaisir aux brindilles ...

Bref, vous l'avez bien compris, votre soutien nous est précieux pour avancer jour après jour sur le chemin tortueux qui nous mène vers notre BabyChou.
Dans mon post du 38ème mois, je vous faisais part de l'arrivée surprise d'une petite Aurore dans la vie de ses parents. Quelques jours après l'annonce de cet heureux événement, j'ai reçu les mots suivants, à notre attention:

" Coucou FutureMaman,
J'avais envie de te dire un truc qui m'a amusée: quand j'ai su pour Aurore, c'est ton image qui m'est venue en tête. Je me suis dit la prochaine fois ce sera eux qui nous annonceront le même bonheur. Un tout petit bout de beaucoup moins loin qu'imaginé au départ. Je t'embrasse.
Nathalie (parfois un peu sorcière) "

Nathalie, ton mail m'a fait un bien fou. Les sorcières ont toujours existé, de tout temps. Alors c'est avec plaisir que je laisse agir ta magie dans notre Vie. Le compteur est enclenché. Nous verrons combien de temps il faudra, pour voir ta prémonition se réaliser ;)

Ahhhhhhhhh ... le soutien. Vaste sujet lorsque nous sommes dans l'attente ...

dimanche 4 août 2013

Toutes les bonnes choses

ont une fin. Et bien, c'est fini.

Nous sommes de retour dans notre Home Sweet Home, après 3 semaines d'absence. Rien n'a bougé à la maison, si ce n'est la taille de la végétation et la poussière accumulée sur les meubles. La boîte aux lettres m'a réservée quelques surprises, ce qui met toujours un peu de baume au coeur lorsque l'on rentre e congés.

Pendant ces vacances, je me suis tenue à mon planning. Pour faire simple, je n'ai rien fait. Rien du tout. Enfin presque. Si je devais faire un résumé, cela donnerait:

- pas de réveil avant 8 heures, histoire de rattraper les heures de sommeil loupées pendant le reste de l'année
- plage tous les jours
- utilisation du vélo pour aller au marché ou à la plage, Cher&Tendre se demandant comment je fais pour rouler si lentement sans jamais tomber
- une consommation quasi-quotidienne de melons et autres fruits de saison
- ballade à la brocante dont une fois avec Cher&Tendre qui a cru mourir lorsqu'il a compris qu'il ferait TOUTES les allées sans exception...
- l'interrogation existentielle du séjour: alors? Il
est né, le Royal Baby? Pour celles qui auraient loupé l'info: oui, il est né et il s'appelle Georges
- des bisous reçus spontanément d'une Luciole habituellement sur la réserve
- des heures à zoner sur les sites de déco -Hellocoton est mon ami- pour trouver des idées pour la chambre de BabyChou
- un chien qui se sauve par le trou du grillage et va chiquer le vieux chien de la vieille dame
- un appel téléphonique d'une jeune maman pour m'encourager à tenir bon, Aurore est là pour nous prouver que les miracles existent et que la patience est récompensée
- des retrouvailles au bord de la plage avec Loulou et la Luciole comme tous les ans
- une soirée dans un village typique
- des apéros au retour de la plage car c'est cela aussi les vacances
- des heures à broder devant des films débiles à la télé histoire de s'occuper
- des livres dévorés
- des textos, quelques appels, des conversations avec FacedeBouc
- des glaces et quelques beignets
- de la lecture hautement intellectuelle pour faire comme notre libraire préférée
- des heures à observer les familles au bord de l'eau, à se délecter des p'ts bouts qui s'éclatent, à repérer les bébés
- quelques conversations au sujet de BabyChou, mais pas trop. A croire que nous souhaitions nous épargner l'un l'autre car tout a déjà été dit et redit
- des centaines de kilomètres de bitume avalés par Cher&Tendre et son vélo
- la promesse de revenir à 3 l'année prochaine, des doigts de pied sont même croisés du côté de Pignan mais je n'ai pas de photo le prouvant
- un mail adorable d'une maman un peu sorcière dont je parlerais prochainement
- un joli cadeau symbolique offert un soir d'été, dans un village typique
- des oursons en chocolat offerts par une Loulou adorable
- aucune photo faite avec l'appareil, par flemme, par manque d'envie

Bref, c'était de bonnes vacances! Et vivement les prochaines ;)