jeudi 28 février 2013

Un mois de plus

Que dire que je n'ai déjà dit ou écrit?

A défaut d'évoquer l'absence d'informations, je vais faire le choix de parler des choses agréables dont nous avons connaissance. Car oui, il est bon de se délecter de l'attribution de 2 petits en bonne santé par le Vietnam pour MDM. Et re-oui, il est appréciable de savoir que nous progressons sur la liste des pupilles de notre département.

Ce mois-ci fût marqué par la rencontre entre Brindilles, l'élection de notre nouveau président de l'EFA, la naissance d'une petite Lalia qui a causé tant de soucis pour sa maman avant la naissance, sans oublier les multiples réalisations en couture que je dois vous montrer...

Le mois à venir? Je vais prendre soin de moi. En attendant sagement les bonnes nouvelles ...

samedi 23 février 2013

60 ans

Et oui, aujourd'hui n'est pas une journée ordinaire, petit BabyChou. Car aujourd'hui, ton Futur Grand-Papa fête ses 60 ans.

Punaise, cela fait un choc. Lorsque je me retourne, je n'ai pas le sentiment d'avoir vu toutes ces années défiler. Même s'il me suffit de le regarder pour percevoir combien ces mêmes années se sont tout de même accumulées lourdement sur sa santé...

Tu n'as pas changé. Tu as toujours habité de ton éternel optimisme. Tu prêches toujours autant la paix plutôt que la guerre. Tu aimes nous raconter des blagues qui parfois, ne font rire que toi. Tu attends si intensément notre petit BabyChou.

Pour tes 60 ans, je n'ai pas fait les choses de façon ordinaire. Cette année, j'ai fait le choix de te demander, à toi, de me faire un cadeau pour cette occasion. Non, vous ne rêvez pas: j'ai osé lui demander ... de faire en sorte que BabyChou pointe enfin le bout de son nez, pour qu'il  puisse en profiter. Même pas honte de l'avoir fait! Car je sais que s'il le pouvait, il ferait en sorte de me combler.

Je sais bien que mon Papa n'est pas magicien. Mais je ne peux oublier que notre premier courrier vers MDM est parti un 23 février, il y a 3 ans. Et quoiqu'il arrive, cette date est liée à notre projet de famille ... en attendant de pouvoir profiter d'une petite bouille de plus, pour aider à souffler les bougies.

mercredi 20 février 2013

Il y a des conversations

téléphoniques qui -après coup- ne donnent pas le baume au coeur espéré. A moins que ce soit uniquement parce que nous, nous mettions beaucoup trop d'espoir dans cet appel.

Hier, profitant de notre présence simultanée à la maison pour cause de nouvelle attaque de microbes, nous nous sommes rappelés au bon souvenir de la responsable de notre CG. Comme nous nous y étions engagés lors de notre courrier de renouvellement.

J'ai eu la chance d'avoir l'attention de mon interlocutrice pendant pas loin d'une heure. Ce qui est loin d'être négligeable sachant que nous n'avions pas convenu de ce rendez-vous téléphonique.

Nous avons évoqué la situation de notre dossier au Vietnam, les derniers chiffres communiqués par MDM et le SAI. Et nous sommes arrivées à la même conclusion: à l'heure actuelle, nous ne pouvons espérer un traitement de notre dossier sans un renouvellement d'agrément. Au moins, cela a le mérite d'être clair.

Nous nous sommes également penchés sur le cas des pupilles. Il existe un chantier de travail très important visant à étudier le changement de statuts d'enfants qui se trouvent actuellement non adoptables. Cela représente un peu plus de 300 interlocuteurs à sensibiliser entre le personnel de l'ASE, les travailleurs sociaux, les familles d'accueil... La responsable espère que le chantier pourra être abouti d'ici la fin de l'année.

Il s'est alors posé la question de la notion d'adoption simple et d'adoption plénière. A ce jour, Cher&Tendre et moi-même sont dans l'optique d'une adoption plénière pour notre BabyChou. Il nous a été demandés de réfléchir à cette possibilité, toujours dans le cadre d'un éventuel changement de statut pour certains enfants de notre département.

J'ai obtenu la confirmation qu'en cas de doute sur l'origine ethnique d'un enfant né sous le secret -par exemple en présence d'une tâche mongoloïde- le conseil de famille était informé de cette particularité pour ne prendre aucun risque quant à l'ouverture des parents potentiels sur les origines ethniques de l'enfant concerné  Un bon point pour nous. Et surtout, cela m'a permis de lui réaffirmer que nous n'avions aucune restriction.

Mon interlocutrice s'est révélée encourageante, en nous incitant à prévoir notre renouvellement d'agrément que nous devrons demander en fin d'année. Elle m'a assurée que notre tour viendrait, même s'il est vrai que les enfants nés sous le secret sont peu nombreux (j'ai su que sur les 6 naissances de 1012, il y avait eu 3 rétractations ...). Nous avons bien évidemment parlé de notre engagement auprès de l'EFA, du fait qu'il était parfois difficile d'accompagner lorsque nous sommes nous-mêmes encore en souffrance. En attente.

Je n'ai pas obtenu la même information que lors de notre dernier contact. Je ne sais donc pas sur quelle page nous nous trouvons dans la liste des agréments. Par contre, j'ai eu quelque chose de bien plus précieux: il reste des agréments encours de 2007 et 2008. Mais pour les pupilles nés sous le secret, les dossiers traités répondant aux critères sont de 2009. Nous sommes d'octobre. Et nous sommes très nombreux pour cette année-là.

Voilà pourquoi, malgré cette très bonne nouvelle, je n'arrive pas à ôter ce pincement à mon coeur. C'est un peu comme si je l'avais posé sur une balance et que je sache pas de quel côté pencher. Pour le moral, il serait préférable de voir le verre à moitié plein. Mais par précaution, il est bon de ne pas ignorer que nous ne sommes pas les seuls en course, quand bien même sommes-nous bourrés de qualité! Tout comme moi, Cher&Tendre est sur la réserve.

Nous avons le sentiment que notre fil rouge se rétrécit. Mais aucune possibilité de réaliser un pronostic. Mais peut-être mon Amie Véro a t-elle raison: je devrais arrêter de m'emplir le cerveau de calculs improbables. Histoire de m'alléger un peu pour les mois à venir ...

mardi 19 février 2013

Le rendez-vous

était pris depuis quelques jours et il aurait été bien dommage que cette belle rencontre n'ait pas lieu.

Dimanche après-midi, après un bref passage à la gare pour récupérer l'une des élues de la journée descendue exprès de Paris, nous avons fait quelques kilomètres de route de campagne sous un soleil de circonstance. Les différents échanges par mail ou téléphone ont libéré la parole et nous nous sommes immédiatement plongées dans le coeur de sujet: l'arrivée surprise d'une belle petite brunette dans la vie de ses parents.

Non, je ne suis pas en train de vous décrire une scène digne de La petite maison dans la Prairie. Je vous assure que nous étions chaleureusement attendues! La petite faisait tranquillement sa sieste. Nous en avons profité pour échanger sur son arrivée, le ressenti du Papa et de la Maman, la gestion des relations avec le Conseil Général et les différences d'un département à un autre, la découverte du visage de leur fille à la pouponnière... J'ai eu le sentiment de pouvoir poser librement mes questions sans crainte, sans être jugée ou paraître indiscrète. J'ai aimé écouter ces jeunes parents parler de leur fille comme d'une évidence, et surtout je retiens cette phrase de la Maman: jour après jour, je comprends mieux pourquoi nous avons du attendre 10 années que Mlle H. fasse son entrée dans notre Vie. Simplement, ce ne pouvait être qu'elle, et nous.

Je suis repartie requinquée par cette rencontre. Avec la certitude que nous aussi, un jour, nous pourrions accéder à ce bonheur de devenir parents. Qu'il nous suffisait de ne pas perdre notre rêve des yeux, de continuer à y croire jour après jour.

Je ne dirais qu'une seule chose: vivement que nous puissions en profiter un peu plus longuement ... Au plus tard le week-end de la Pentecôte!!!

lundi 18 février 2013

Lu sur le site du Figaro

"Moins d'enfants étrangers adoptés"

Le nombre d'enfants étrangers adoptés par des familles françaises baisse inexorablement depuis plusieurs années, à mesure que les pays restreignent les conditions d'adoption, selon les derniers chiffres disponibles, qui montrent aussi que le profil des enfants accueillis a changé.

Alors que 2000 enfants avaient été adoptés en 2011, seulement 1569 l'ont été en 2012, selon les statistiques du ministère des Affaires étrangères, disponibles sur son site internet aujourd'hui.
Les enfants viennent d'abord de Russie (235), puis d'Ethiopie (220) et de Colombie (159). L'Afrique représente à elle seule presque la moitié des adoptions (701).

En 2006, on comptait 4.000 adoptions à l'étranger. A l'exception de 2010, marquée par l'arrivée de nombreux petits Haïtiens après le séisme de janvier, les chiffres de l'adoption internationale ne cessent de baisser depuis, à mesure que les pays se ferment à l'adoption par des étrangers.

"Il y a plusieurs explications", analyse Nathalie Parent, présidente d'Enfance et Famille d'adoption, qui dit fédérer "93 associations départementales, regroupant 10 000 familles". D'abord, les pays ratifient peu à peu la convention de La Haye de 1993, qui incite les pays d'origine des enfants à ne les confier qu'en dernier recours à l'adoption internationale. Il interdit aussi l'adoption dite individuelle, c'est-à-dire lorsque les parents adoptants contactent directement les autorités du pays. Avec la convention, le recours à un organisme agréé pour l'adoption (association ou autorité publique) est obligatoire.

Mais surtout, explique Nathalie Parent, la France s'apprête à ratifier un accord bilatéral qui interdit les adoptions individuelles de petits Russes par des Français. En 2012, 185 adoptions sur 235 dans ce pays étaient individuelles. En tout, 506 petits étrangers accueillis par des Français en 2012 l'ont été par voie individuelle.
Mme Parent note aussi qu'un certain nombre de pays, comme la Chine, le Vietnam ou le Brésil, deviennent plus "des pays d'accueil" quand ils étaient autrefois des pays d'origine. Ce changement est lié notamment à l'élévation des niveaux de vie.

Au-delà de la baisse du nombre d'enfants à adopter, qui répond à une certaine logique, Mme Parent note que c'est le profil des bambins qui a changé, sans que les candidats à l'adoption y soient assez sensibilisés. D'âges relativement élevés (plus de 3 ou 4 ans), malades, handicapés ou issus de fratrie, les enfants "à besoins spécifiques" sont de plus en plus nombreux parmi les enfants proposés à l'adoption, quand les parents attendent des bébés en bonne santé, soulignent son association et l'Agence française de l'adoption.


samedi 16 février 2013

A force d'attendre,

je prends mon temps. Pour tout, quitte à prendre du retard ou à repousser constamment les choses à faire ...

A force d'attendre, les bonnes nouvelles ne me font plus sauter au plafond, je dirais même qu'elles ne servent qu'à accentuer mes questionnements. Comment faire et refaire de nouveaux calculs pour tenter de déterminer la tendance à venir, lorsque nous ne pouvons nous baser que sur 2 chiffres? Si vous avez une astuce, je suis preneuse car les statistiques et moi, il semblerait que nous ne soyons pas très copines ces derniers temps ...

Lors de l'annonce de l'attribution de 2 petits en bonne santé au mois d'octobre, j'ai vainement cru que nous pourrions partir sur la base de 2 par mois. Sauf qu'un trimestre complet s'est écoulé avant qu'une nouvelle bonne nouvelle arrive jusqu'à nous. Comme pour la première fois, MDM a eu connaissance de 2 dossiers rapprochés en janvier, mais a attendu le retour des dossiers médicaux soit début février pour en informer les heureux parents. Ces 2 dossiers étaient au Sud du Vietnam, les enfants sont tous les 2 âgés de moins de 2 ans.

Cette semaine, certaines rumeurs annonçaient que la reprise pour les dossiers non enregistrés ne pourrait se faire qu'à partir du moment où les "vieux" dossiers seraient traités et attribués. Le mois de juin est également apparu plusieurs fois pour évoquer la dead line ... Énième rumeur depuis la fermeture, je n'en sais rien mais j'avoue être septique quant à sa véracité. Chez MDM, il reste 2 dossiers ré-enregistrés à traiter en plus d'une dizaine de dossiers en attente depuis la fermeture. Pour les 2 dossiers, les ré-actualisations ont été demandées il y a plusieurs mois maintenant. Mais rien pour les suivants. Alors comment imaginer que les bonnes surprises déferlent pour ces dossiers d'ici la fin juin, sachant qu'il ne restera au Vietnam que 4 mois et demi pour le faire. Sans compter les dossiers des autres 0AA et de l'AFA ...

En conclusion, OUI nous avons gagné 2 places sur la liste MDM et NON nous ne savons toujours pas à quel moment nous pourrons espérer une reprise réelle des dossiers pour les enfants en bonne santé ...
Mais ne gardons que le positif: et hop, 2 places de gagnées!


lundi 11 février 2013

Vous êtes formidables!

Ce soir, j'ai eu envie de vous le dire, de vous l'écrire!

Voilà maintenant presque 3 ans que je fais partie de la grande famille des blogueuses, et je dois bien avouer que je suis sacrément mordue. Chaque matin, malgré un réveil qui sonne à une heure totalement inadmissible, juste après ma douche, je vais faire un tour chez vous. Lire les aventures des unes ou des autres, m'interrogeant sur le silence de certaines, espérant lire la nouvelle tant attendue pour d'autres, me délectant des aventures des déjà Mamans en rêvant à notre futur...

J'aime laisser une trace de mon passage sur vos blogs. Pas à chaque fois; mais lorsque je me sens émue. Et vous me le rendez bien! La preuve encore il y a quelques jours avec tous les mots touchants que vous m'avez adressés. Sans oublier la solidarité qui permet de s'accrocher aux exclusivités décrochées par les unes ou les autres...

Je vais mieux, j'ai encaissé la nouvelle. Mais surtout, soyez rassurée: je vais bien. Je ne suis pas en phase "down", et je croise les doigts pour rester dans cet état d'esprit le plus longtemps possible d'ailleurs. Mais je ne voulais pas ne pas m'exprimer sur mon ressenti du moment. Car chaque année, je fais imprimer les pages de ce blog pour BabyChou. Afin que plus tard, s'il en éprouve l'envie, il puisse savoir ce par quoi nous sommes passés. Pour qu'il sache combien cette situation nous est pénible, sans que nous ayons pour autant envie de baisser les bras. 

Mais tout cela, ce n'est possible que grâce à vous. Vous qui êtes à nos côtés sur ce chemin qui nous mène vers notre petit. Je vous fais donc profiter d'une citation qui -j'en suis persuadée- vous fera autant de bien qu'à moi, lorsque qu'elle me fût adressée:

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves"
Eleanor Roosevelt

dimanche 10 février 2013

Année du serpent d'eau

Aujourd'hui débutent les festivités du Têt au Vietnam.

Têt Nguyên Dán (Tết Nguyên Ðán) plus généralement appelé Têt est le Nouvel An Vietnamien. C'est la fête la plus importante pour les communautés vietnamiennes du monde entier.

La fête du Têt célèbre l'arrivée du printemps selon le calendrier traditionnel chinois et tombe le même jour que la Fête du Printemps (chinoise), plus communément connue sous le nom de "Nouvel An Chinois".

Après une année passée en compagnie du dragon réputé fougueux, croisons les doigts pour que la sagesse du serpent apporte les bonnes nouvelles tant attendues!

Chúc Mừng Năm Mới - Bonne Année



vendredi 8 février 2013

Je suis furieuse!

A dire vrai, je suis plutôt écoeurée, j'ai la nausée, j'ai envie de chialer. La faute à qui? Tout simplement aux statistiques 2012 de l'adoption internationale parues aujourd'hui.

Je suis effarée de découvrir que seuls 1569 enfants sont arrivés sur le sol français au cours de l'année passée. Nous avions conscience que les chiffres ne seraient pas ceux espérés. Mais delà à encaisser une baisse de 21%, personnellement cela m'a fait un choc!

Depuis 2 semaines, nous savions que le Vietnam avait permis l'accueil de 76 enfants en France, sans plus de précision. J'étais intimement persuadée que 90% de ces enfants étaient des enfants SN, et bien je me suis plantée. En beauté.

La preuve par les chiffres le nombre d'enfants arrivés par acteurs:

- l' AFA: 9
- le COFA Cognac: 18
- le COFA Marseille: 19
- Destinées: 2
- Enfance et Avenir: 1
- la Providence: 17
- MDM: 9
- en procédure individuelle: 1

dont 44 enfants à besoins spécifiques sur 76 enfants. Sachant que MDM a eu 2 dossiers pour des enfants en bonne santé, auxquels nous pouvons ajouter les 2 de Destinées et celui d'Enfance et Avenir. La question est la suivante: QUI a eu les dossiers d'enfants en bonne santé? Par déduction, je dirais pas la Providence, ni l'AFA. Il ne nous reste que les COFA. Pourquoi, oui pourquoi ont-ils eu EUX des dossiers d'enfants en bonne santé? J'aimerai comprendre.

Attention, il n'est pas question de jeter la pierre à notre OAA, ce serait bien mal me connaître. Si je suis tellement en colère ce soir, c'est que naïvement  j'ai cru que tous les OAA étaient logés à la même enseigne. Qu'une fois l'accréditation en poche, la présentation des dossiers se ferait à parts égales entre les différents acteurs. Et bien, je me suis trompée. Lourdement.

Mais surtout, je me suis faite prendre à mon propre petit jeu d'Inspecteur Gadget. Oui, j'ose dire que je passe beaucoup de temps à errer sur le net, sur les blogs ou les forums dédiés. J'ose écrire que je me suis constituée un petit réseau de copinautes à l'affût, et force est de constater que je n'avais eu connaissance que de 2 dossiers d'enfant en bonne santé: un au cours du premier trimestre, et un au dernier. C'est maigre ...

Ma colère retombe depuis le début de cet article et surtout depuis qu'une de mes copinautes m'a ouvert un angle de réflexion autre: ces dossiers n'étaient-ils pas tout simplement beaucoup plus vieux en enregistrement que les dossiers des autres OAA? Peut-être. Ou alors ces parents se sont peut-être protégés des forums pour éviter des réflexions désagréables. Éventuellement, mais nous ne pouvons pas en avoir la certitude. Quoiqu'il en soit, j'ai à nouveau le sentiment profond que nous ne connaissons pas les règles du jeu qui s'appliquent et dont nous ne sommes définitivement pas acteurs.

Ce soir, je pleure ma rage. Je crie à l'injustice. Mon coeur de FutureMaman a flanché en pensant à tous ces enfants qui attendent depuis trop longtemps sous couvert d'une loi qui prône leur intérêt supérieur. Non, je ne peux pas accepter que leur intérêt soit de passer des mois supplémentaires dans les orphelinats alors que nous sommes si nombreux en attente de pouvoir leur offrir le droit à avoir des parents.

Put... 32 dossiers d'enfants en bonne santé.

mercredi 6 février 2013

"Mariage pour tous ... et adoption pour personne?

Article paru dans l'Express, rédigé par Julien Jourdan, enseignant-chercheur et père de 2 enfants nés au Vietnam.


" C'est une des ces étrangetés de la vie politique et médiatique française: la question de l'adoption pour tous a atteint l'épicentre des débats au moment où elle est en passe de devenir sans objet. Car après un recul de moitié des adoptions internationales en à peine six ans, il est devenu quasiment impossible d'adopter un enfant en France. 

Que s'est-il passé? La guerre et la misère ont-elle subitement reculé dans le monde? Les enfants ont-ils cessé d'être les victimes de sociétés en explosion démographique, rongées par le sous-développement et ravagées par les conflits locaux? Aussi incroyable que cela puisse paraître, c'est à peu de choses près le discours des autorités de notre pays... La fécondité baisse, les abandons d'enfants reculent, les systèmes de protection sociale s'améliorent et l'adoption par les citoyens locaux se développe: voilà le monde rêvé dépeint par le Secrétaire Général de l'Autorité Centrale pour l'Adoption Internationale dans un récent rapport. 
L'adoption internationale en chute libre

Ce dernier se garde bien, pourtant, de donner des chiffres précis ou de faire connaître ses sources. Car la réalité sur le terrain est, il faut le craindre, bien plus sombre. Ceux qui ont le coeur bien accroché pourront par exemple lire le récent rapport de l'ONG canadienneTerre des Hommes sur la situation des orphelinats du Vietnam, pays où l'adoption adoption internationale s'est brutalement interrompue il y a quelques mois. Il faut lire comment les enfants, placés dans des bâtiments vétustes, sans personnel adapté, médicament ou jouet, sont rasés pour éviter la propagation des poux. Il faut connaître ce pays et l'amour qui y est porté aux enfants pour deviner, entre les lignes, la situation de précarité extrême qui affecte désormais ces orphelinats. Il faut enfin faire preuve de courage et s'interroger sur le sort de ceux qui, faute de place, pourraient rester à la porte d'institutions sans ressources. 

Se pourrait-il qu'il n'y ait tout simplement pas chez nous suffisamment de parents candidats à l'adoption? Posez la question aux 24 702 candidats agréés qui attendent aujourd'hui d'adopter un enfant en France. Au rythme actuel, ceux qui n'auront pas jeté l'éponge auront peut-être un espoir à un horizon de dix ans. 

Les Italiens adoptent désormais deux fois plus que nous 

S'il n'y a pas moins d'enfants abandonnés et toujours plus de parents désireux d'adopter, comment expliquer que l'adoption internationale soit en chute libre? Il faut d'abord constater que si le recul est particulièrement brutal en France, ce n'est pas le cas partout. Il suffit pour s'en assurer d'observer la progression des adoptions internationales chez nos voisins italiens qui, à population comparable, adoptent désormais deux fois plus que nous. 
"Tandis que mariage s'ouvre à tous, l'adoption se ferme à tous"

Il faut aussi se rappeler que monsieur Raffarin avait fixé, alors qu'il présentait en 2005 la réforme instaurant l'Agence Française de l'Adoption (AFA), un objectif de doublement des adoptions internationales. Difficile de nier le constat d'échec, confirmé en 2011 par un rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales. La réaction des pouvoir publics se fait attendre. A l'évidence, ce n'était pas un sujet pour la précédente majorité; rien n'indique que cela ait changé. 

Les pays d'adoption eux sont pressés de signer la Convention de la Haye de 1993. C'est la mondialisation normative décrite par le sociologue américain John Meyer. Un pays "respectable" ne confie pas ses enfants à des étrangers; c'est embarrassant sur la scène internationale. Un pays "respectable" met en avant l'adoption par les ressortissants nationaux; qu'importe si ces derniers n'en ont pas les moyens. Un pays "respectable" se dote de procédures lourdes et compliquées; qu'il n'existe pas d'administration suffisamment structurée pour les faire appliquer est un détail. 

La France est à leurs côtés, car il en va du respect des valeurs universelles. En quoi devrions-nous nous inquiéter que des orphelinats auparavant financés par l'adoption internationale périclitent, que des tout-petits soient abandonnés à un sort incertain? Naïveté diront certains. Indifférence rétorqueront d'autres. Autre chose? 

Alors oui: tandis que mariage s'ouvre à tous, l'adoption se ferme à tous. 

Bien sûr, nul ne peut se prévaloir d'un droit à adopter: l'intérêt supérieur de l'enfant doit toujours primer. Ce principe ne saurait souffrir d'exception. 

Est-ce bien le cas? "


Pas vraiment surprise à la lecture de cet article, bien qu'un peu inquiète tout de même ...


mardi 5 février 2013

Décidément,

mes 10 doigts ont dû mal à trouver le repos pendant le week-end. Toute la semaine, je pense au projet que je vais pouvoir réaliser pendant ces 2 jours de repos.

La semaine passée, les microbes m'ont attrapée. Je suis donc restée 3 jours à la maison. Si les 2 premiers ont été synonymes de farniente et de lecture, le dernier jour fût consacré à ma machine à coudre.

Le projet m'avait tapé dans l'oeil il y a plusieurs mois mais impossible de trouver LE tuto. Pour une histoire de respect de la marque qui commercialise ce type de couverture, toutes les bloggeuses ont retiré leurs tutos. Mais grâce à mon ami Pinterest, je suis tombée sur celui-ci. Exactement ce que je cherchais!

Ayant de forts doutes sur ma capacité à réaliser proprement cette couverture, je me suis fournie chez le Suédois en prenant un plaid polaire pour l'intérieur et du tissu au mètre pour l'extérieur. Pour mettre un peu de punch, j'ai choisi de coudre du biais orange vif, assorti à l'un des oiseaux. Et je dois avouer que je suis assez contente du résultat final qui s'adaptera aussi bien à une petite fille ou à un petit garçon.

Pour la mise en scène, j'ai utilisé mon premier bébé qui n'attend que des petits bras pour s'occuper à nouveau de lui. D'ailleurs, je vais vous confier son petit nom: il s'appelle Bleu. Bah oui, il ne faut pas chercher plus loin que la couleur de sa salopette. Mais je pense que vous me pardonnerez mon manque d'originalité, je devais avoir entre 18 et 24 mois lorsque je suis devenue sa Maman!

Je sens certains regards dubitatifs quant à la taille de la couverture car oui, il s'agit d'un modèle 4-9 mois. Ce qui sera parfait si BabyChou naît à quelques kilomètres de notre Home Sweet Home. Et dans le cas contraire, je n'hésiterais pas à en faire cadeau à un bébé de notre entourage. Ou à la garder pour servir de cocon pour les poupons de notre BabyChou.

Finalement, la seule chose qui compte, c'est le plaisir que j'ai pris à coudre cette couverture toute douce en laissant voguer mon imagination. BabyChou, je t'attends!