lundi 29 avril 2013

Doit-on censurer

nos états d'âme lorsque nous écrivons sur un blog public?

L'attente nous fait mal et non, nous ne la vivons pas bien. Il n'existe pas de solution miracle qui pourrait nous mettre en sommeil, et nous ferait reprendre contact avec la réalité à l'aube de l'appel magique... Il y a bien les copines et leur soutien infaillible, mais la situation devient également difficile pour elles qui aimeraient parfois être armées de baguettes magiques.

Il est des moments où les mots ne sont plus suffisants pour refléter nos états d'âme. Où il est difficile de poser -encore et toujours- des mots sur nos maux.

Hier, j'écrivais ma perte de confiance dans le Vietnam pour faire de nous, un jour, des parents. Aujourd'hui, je reçois un appel téléphonique me demandant de prendre rendez-vous avec la cellule psychologique: hasard du calendrier ou réaction liée à la lecture de mon blog? Je n'en sais absolument rien, mais je dois dire que la coïncidence est troublante ...

Pour autant, je n'ai pas la prétention d'avoir un blog "suivi" par un quelconque OAA puisque sa vocation est de laisser une trace de notre parcours pour notre BabyChou. Je me refuse donc de ne pas écrire lorsque le moral est moins bon, sous prétexte que cela pourrait ternir notre parcours. J'ai connaissance de copinautes qui se freinent ou passent en privé parce que leur blog est lu. Je trouve cela un peu dommage mais en même temps, tellement compréhensible.

Dans quelques semaines, nous atteindrons nos 3 ans d'acceptation par notre OAA. Sans avoir bougé d'un millimètre. Enfin si, en ayant avancé grâce aux pupilles nées dans les autres départements. Et aux 4 attributions au cours des 7 derniers mois.
Et il m'aura fallu tout ce temps pour accepter l'idée qu'il faille vivre sans attendre tous les jours une nouvelle qui ne viendra pas. Du moins, pas avant encore un long moment.

samedi 27 avril 2013

35 mois


J'ai de plus en plus de mal à prendre le chemin de mon blog pour y coucher mes émotions. Au cours du mois écoulé, j'ai senti peu à peu mon coeur s'anesthésier pour mettre une franche distance avec l'attente.


Je suis aujourd'hui incapable de dire si oui ou non je crois encore à notre projet. Pour être tout à fait franche, je n'attends plus rien du Vietnam car à la vitesse où vont les choses, un second agrément serait à peine suffisant pour faire de nous des parents...

Nous continuons le compte des mois qui s'ajoutent, car nous n'espérons toujours une bonne nouvelle de la part de notre Conseil Général. Mais nous avons de plus en plus conscience que la venue de notre BabyChou ne tient qu'à un fil. Rouge.

mardi 16 avril 2013

Pour rêver ...

grâce à une bande-dessinée.

« ADOPTIONS » est une bande dessinée relatant l’aventure d'une deuxième adoption qui a eu lieu en Colombie en Juillet-Août 2012. Par ricochet, elle parle aussi de la première qui a eu lieu en 2009.

Vous pouvez même vous abonnez pour découvrir les nouvelles pages au fur et à mesure!

Bonne lecture ... et faites de beaux rêves ...




jeudi 11 avril 2013

Cher&Tendre? C'est le clône de ...

Hugh Jackman!

Vous en doutez? Je vais vous le démontrer!

1) Comme lui, il est marié et amoureux de sa femme. Du moins, c'est ce qu'il me fait croire. Il faut que je me méfie d'ailleurs. Il a peut-être fait les cours Florent et je n'en ai pas eu vent ...

2) Comme lui, il a un bouledogue français. Enfin pour être précis, il y en a 2 à la maison: Vanille âgée de 9 ans, notre fifille que nous avons eu bébé; et Urfs presque 10 ans que nous avons adopté à l'âge de 2 ans. Tiens d'ailleurs, déjà l'adoption...

3) Comme lui, il a un physique de rêve. Jamais je ne le contredis lorsqu'il me sort cette affirmation. Il est primordial de ménager l'ego de l'Homme, mais cela vous le savez aussi bien que moi!

et enfin 4) Comme lui, l'adoption d'un enfant est un projet de famille. Mouais, je vous concède que Hugh a pris de l'avance puisqu'il a déjà ses 2 enfants. Mais il n'y a pas de raison: un jour -mais je ne sais pas quand-, Cher&Tendre sera comme Hugh Jackman. Même pour la paternité.


dimanche 7 avril 2013

Quand l'attente fait mal.

Depuis que nous sommes entrés en Adoptie comme le décrit si bien la talentueuse Maman de Tanh, notre Vie est une succession de hauts et de bas. Si je devais faire le compte, je dirais que globalement il y a eu beaucoup de hauts. Ce qui n'est pas si mal lorsque nous savons que nous nous sommes lancés il y a plus de 4 années.

L'adoption fait pleinement partie de notre quotidien. Enfin surtout du mien puisque Cher&Tendre arrive encore à tenir une certaine distance. Je suis en lien permanent par le biais des blogs, des forums, des échanges par mails et textos, sans oublier FacedeBouc. Une certaines routine s'est installée dans cette veille constante entre mes visites quotidiennes aux copines, et mon oeil jeté régulièrement aux mails groupés des forums que je lis en diagonale. En fait, je suis à l’affût du message au titre accrocheur, je reste m'importe beaucoup moins.

Cette semaine, comme cela m'arrive régulièrement, j'ai lu certains mots en travers. Je les ai relus à tête reposée, quelques minutes après avoir claqué la porte de l'agence. Je n'aurais pas dû.

Ces mots ont été écrits par une responsable à une Maman en attente pour le Vietnam: "Je souhaite vous informer qu'à ce jour, le Vietnam n'envisage pas de reprendre les adoptions internationales ni de réengistrements des dossiers de familles ayant été acceptées pour adopter au Vietnam avant 2010".
Je ne peux pas croire que ces mots ont été écrits sans être relus, sans que les informations n'aient été vérifiées. Quand on sait que notre OAA pèse chaque mot lorsqu'ils nous écrivent, pourquoi en serait-il autrement pour cet organisme? Comment peut-on écrire ces mots sans mesurer la portée sur les parents en attente? Comme imaginer que ces mots terribles ne seront pas partagés avec les autres futurs parents en attente, provoquant alors un effet boule de neige sur le moral de tous?

Depuis hier, j'ai pris conscience que notre BabyChou ne viendrait pas du Vietnam. Sauf miracle, mais à ce jour, je n'ai que peu de confiance en une intervention divine. Depuis hier, j'ai perdu une béquille dans mon attente car il m'était confortable de me dire que nous avions 2 chemins parallèles: le Vietnam et la pupille. Depuis hier, j'ai envie de me rouler en boule. Je tends le dos en attendant des nouvelles de notre OAA, nouvelles qui ne viendront pas parce qu'ils n'ont strictement rien à nous dire.

Je disais hier à une délicate Amie que j'avais le sentiment de prendre conscience que je m'étais trompée de fil rouge depuis le début. Elle m'a très justement répondu que c'était peut-être que ce n'était pas notre fil rouge. Depuis le début. Je ne sais pas quoi penser de tout cela. Je sais juste que je vais faire du rangement dans la maison. Histoire de mettre hors de ma vue tout ce qui pourrait me rappeler que nous sommes en attente. Depuis si longtemps.


mardi 2 avril 2013

L'avantage

d'avoir une copine libraire, c'est qu'elle est libre  pour un déjeuner le lundi. Mais pas que.

La semaine passée, nous avons profité du passage sur Paris de la très sage Lily-Gai et de sa Maman pour faire une réunion de langues bien pendues.

Nous nous sommes retrouvées chez Chartier, histoire de pouvoir bavarder sans déranger nos voisins. La petite fût bien gâtée, mais elle ne fut pas la seule puisque moi aussi, j'ai eu droit à mon cadeau.

Katell a reçu cette petite merveilleuse dans sa librairie 2 jours avant notre rencontre. Et pour reprendre ses mots, elle a tout de suite pensé à nous en le découvrant. Et elle avait raison.

Chaparron, c'est notre histoire. C'est la recherche du chemin qui nous mènera vers notre BabyChou. L'aventure de ce petit personnage a fait écho en moi.

Merci pour cette petite merveille qui aura une place particulière dans sa bibliothèque. Décidément, j'ai bien de la chance d'avoir des copines -n'est-ce pas Monelle- qui ont un don terrible pour me trouver des perles. Vivement que je puisse enfin par la lecture à voix haute de tous ces trésors...

" ... Même quand tout s'assombrit, il y a un chemin à découvrir ..."

lundi 1 avril 2013

Le mois dernier,

le cercle des doudous s'est agrandi.

Pour une fois, ce n'est pas moi qui ai craqué, mais une amie de la famille qui t'attend avec beaucoup d'impatience. Ce joli doudou assorti aux rideaux de ta chambre était accompagné de sucreries que nous nous sommes empressés de dévorer! Et oui, FutureMaman et SuperPapa sont de grands gourmands pour celles et ceux qui en douteraient...

Il serait temps que ce petit BabyChou pointe le bout de son nez car sa chambre va finir par ressembler à La Grande Récré. Surtout lorsque l'on sait ce que moi, j'ai acheté de mon côté ...