vendredi 28 février 2014

45 mois

Pour faire simple, je dirais que nous avons débuté le mois sur le haut de la vague, avant de subir une chute vertigineuse.

L'espoir ne se dompte pas. Il est ancré bien au chaud dans notre cœur et nous fait vivre les montagnes russes. Nous ne pouvons pas lui en vouloir, car c'est bien lui qui nous permet de continuer à avancer.

Cependant, pour le mois de mars, j'aspire à retrouver une certaine sérénité. Je ne vous promets pas d'y arriver, mais je vais tenter de respirer bien fort, tout en continuant à croiser les doigts.

Et qui sait? J'aurais peut-être une belle surprise pour mon anniversaire?

jeudi 27 février 2014

Après les larmes d'hier,


ce soir j'ai envie de partager avec vous un petit moment plaisir.

Parmi mes moments de détente, il y a mes vadrouilles sur les sites de blogueuses fans de déco, de vintage, de couture et compagnie. Bien souvent, je bave devant leurs talents multiples et j'aime les voir se lancer dans leurs boutiques virtuelles. Souvent, je me dis que moi aussi, j'aimerais avoir le cran de me lancer dans une telle aventure ... mais mon manque de créativité me remet rapidement les pieds sur terre!

Et c'est sur ces mêmes blogs que j'ai vu fleurir la folie des "box", sans jamais céder à la tentation.. Mais c'est maintenant chose faite depuis quelques jours.
Le principe est toujours le même: recevoir un colis dont seul le thème est connu. La surprise du contenu est intacte jusqu'à l'ouverture à la maison. Pour cette première, j'ai eu envie de tester la "Box Bébé: ma 1ère déco" sur le site www.paquet-calin.com. Et je dois avouer que je n'ai pas été déçue, loin de là!

La première chose que j'ai aperçu fût la veilleuse lapin de chez Rex: bien que BabyChou ait la veilleuse constellations tortue qui l'attende depuis de nombreux mois, je craquais sur la bouille de ce joli lapinou. Et enfin, il est mien... Euh, il est sien. J'aime particulièrement le fait que la lumière ne se diffuse pas de façon uniforme sur tout son corps, lui donnant ainsi du relief.

Ensuite, mes doigts ont rencontré un coussin tout doux avec le superbe tissu moutarde dessiné par Aime comme Marie. Vous pouvez d'ailleurs trouver ce coupon Léger comme une plume dans la jolie boutique Motif Personnel. Cette teinte sera parfaitement assortie au gris de sa chambre, que BabyChou soit une fille ou un garçon. Bref, j'ai beaucoup aimé.

J'ai ensuite découvert les créations de Shanna Murray. Dans un joli tube se trouvait une tendre décoration autocollante couleur or avec la jolie phrase "you are my sunshine". Je ne sais pas encore où je la poserais mais j'ai aimé le concept puisque qu'elle peut être posée sur toute sorte de surface.

Et enfin, une tentation que j'avais depuis plusieurs semaines: l'affiche de Studio Jolis Mômes. J'ai eu un vrai coup de coeur tant pour sa simplicité que pour la justesse du message . Car mon seul souhait est que notre BabyChou soit heureux. Cette affiche sera encadrée dans sa chambre, je me chargerais de trouver le cadre adéquat lorsque le téléphone aura enfin sonné à la maison ... Pour le plaisir des yeux, je vous invite à découvrir le site d'Hélène et son talent fou. Cela me fait d'ailleurs penser que dans ma longue liste de projets de couture, je dois réaliser une guitare dont elle nous a offert gentillement le tuto. Je vous préviens, si vous cliquez, vous êtes fichues: je vous aurais prévenues!

En résumé, je suis enchantée par cette première expérience, et vous n'êtes pas à l'abri que je recommence prochainement. 

Et vous, avez-vous déjà cédé à la tentation des box?

mercredi 26 février 2014

Je sentais bien

que cela remontait à la surface. Un peu plus chaque jour, sournoisement.

Je ne m'en suis pas rendue compte tout de suite. C'est Cher&Tendre qui a réussi à l'exprimer lundi, en fin de soirée. Et c'est ce qui m'a faite pleurer. Juste quelques larmes histoire de vérifier que tout n'était pas dessécher à l’intérieur de mes yeux ...
Et puis ce soir, les mots se sont libérés. J'ai enfin pu exprimer ce qui se passait dans ma petite caboche. Le problème, aujourd'hui, c'est qu'il n'y a que toi, mon petit BabyChou. A toute heure du jour et de la nuit.

Ces dernières années, j'aimais m'endormir en me racontant des histoires où tu étais le héros. Mais depuis quelques temps, cela ne fonctionne plus. Comme si mon appareil à rêves était brisé. Et pourtant, cela me rendrait bien service pour retrouver le sommeil au cours de mes réveils bien trop matinaux depuis quelques jours.
Sur la route qui me mène au travail, tu occupes toutes mes pensées. Bien souvent, je m'aperçois que je serais bien incapable de dire ce qui est passé à la radio. Je suis dans une bulle ou plutôt; la bulle m'absorbe complètement. Et mécaniquement, j'arrive à l'agence.
Face à mon écran, je m'interroge sur la date de ma délivrance. Je rêve que le téléphone sonne pour me sauver de tout ce stress, de tous ces dossiers, de ces sollicitations à gogo, du sourire à greffer à chaque rendez-vous, des geignements de ma collègue qui ne va jamais bien. Mais je dois bien avouer que face à tant d'activité, tu es mis en second plan. Pour quelques heures.
Pour la formation, je vis un peu les choses comme si ce n'était pas moi. Comme si l'échéance n'allait pas arriver, comme si les mois ne défilaient pas. Même si je sais que c'est très important pour moi, toi tu es toujours plus important. Mais il va falloir que cela change et rapidement.
Tu es tellement présent que je n'arrive même pas à me projeter dans un mois. Je ne suis pas capable de me réjouir complètement en me disant que chaque jour de plus et un jour de moins. Je ne m'imagine même pas pouvoir arriver jusqu'aux vacances d'été.

Je me voilais la face en me disant que je gérais bien. Que tous ces préparatifs me mettaient du baume au coeur. Que je m'en sortais pas si mal finalement, avec mes plus de 4 années d'agrément...
Une amie poète m'écrivait ce soir "derrière chaque rire de clown, il y a une larme qui pointe" (ne cherchez pas dans le dictionnaire des citations, elle l'a écrit pour moi!). C'est si vrai. Sauf que ce soir, le clown n'est pas capable de rire. Ce soir, il n'y a que les larmes. Histoire de vérifier que tout n'était pas dessécher à l'intérieur de mes yeux.

Et pour vous toutes qui vous reconnaîtrez. Merci. Mille fois.

"Un jour, l'Amour demande à l'Amitié: pourquoi existes-tu?
Et l'Amitié lui répond: pour sécher les larmes que tu fais couler"
Anonyme

samedi 22 février 2014

Il serait temps

que tu pointes le bout de ton nez, mon petit BabyChou, car ton Papa est en train de devenir fou!

Lui qui avait l'habitude de mes dépenses "pansement pour le cœur" me pousse maintenant à la consommation!
Lui qui levait les yeux au ciel devant le lit qui me fait craquer a eu un "coup de cœur" pour une chambre à son tour!

Qui a appelé la FutureMaman pour lui parler de la vente privée correspondant à une de mes envies? C'est le FuturPapa!

En conclusion, qui a son ErgoBaby: c'est moi!!!

Mais que cela soit bien clair entre nous: c'est lui qui m'a poussée, moi je n'avais rien demandé!

Alors, un petit conseil mon BabyChou: dépêches toi, ton Papa est mûr à point. Si tu tardes trop, la folie va s'accentuer et je ne répondrais plus de rien ...

dimanche 16 février 2014

J'avance.

Je ne sais pas où je vais, mais j'y vais.

C'est tout de même un peu lassant cette inconnue qui s'étale devant nous depuis toutes ces années. Mais j'avance.

Chaque jour qui s'ouvre à nous est un jour de plus au compteur de notre attente. Mais pour autant, nous ne pouvons imaginer qu'il en soit autrement parce que nous avons l'Espoir chevillé au corps et au coeur.

Même s'il est vrai que notre marche vers notre BabyChou est parfois ralentie par le poids qui pèse sur nos épaules, nous n'oublions pas de faire chaque jour un pas de plus.

Après 2 jours de réflexion sur notre pseudo-absence de motivation pour les pupilles, nous faisons le choix de passer outre cette remarque délivrée par une personne qui ne nous côtoie pas au quotidien. Nous ne laisserons pas notre optimisme se faire tailler un short par quelques paroles maladroites.

Nous avons confiance en notre projet, en notre future parentalité, en cet enfant qui tient bien fort le fil rouge à l'autre bout. 2014 sera notre année. Ou pas. Mais nous continuerons à avancer, un jour après l'autre.

Je vous laisser cliquer sur le lien qui a inspiré ces mots ...


jeudi 13 février 2014

Aujourd'hui,

c'était rencontre avec la psychologue de notre CG pour notre renouvellement d'agrément.

Nous avions eu un très bon feeling avec la professionnelle qui nous avait suivis la première fois, mais elle n'exerce plus au sein du Conseil Général. C'est donc en nous demandant à quelle sauce nous allions être mangés que nous nous sommes présentés cet après-midi.

Nous avons été un peu surpris par le "parlez-moi de vous", mais nous nous sommes vite mis dans le bain. Nous nous sommes présentés l'un après l'autre, puis notre rencontre, puis notre chemin vers l'adoption, puis notre recherche d'OAA et notre dossier auprès de MDM, et enfin l'attente.

Elle a bien compris -du moins, je l'espère- que nous n'avons pas "choisi" d'être inactifs suite à la mise en place de la Convention de La Haye au Vietnam. Que nous ne pouvions compter le nombre de fois où nous avons cru à la reprise, pour nous rendre compte quelques semaines plus tard qu'il n'en était rien. Que nous sommes attachés à notre OAA et que nous avons une connaissance assez précise des conditions de l'adoption internationale à ce jour.

Nous nous sommes sentis un peu plus jugés au sujet des pupilles de l'Etat: elle nous trouve inactifs pour ne pas avoir adressés notre dossier dans d'autres départements ... sauf que des dossiers comme les nôtres, les autres départements en ont à la pelle, et accessoirement nous n'aurions jamais imaginé en être là aujourd'hui. Nous lui avons expliqué que cette démarche n'aurait eu aucun intérêt à nos yeux pour cette dernière année sachant que les autres CG voudraient nécessairement nos rapports actualisés. Sensation un peu désagréable que celle de ressentir le poids de nos choix ...

Nous avons rappelé les critères de notre notice et notre choix de ne pas y apporter de modifications. Autant elle a compris notre volonté de ne pas augmenter l'âge, autant elle émet une réserve sur le fait de ne pas ouvrir à certaines particularités. Ce sera donc l'objet de notre deuxième rendez-vous, avant d’enchaîner avec un troisième, chose que nous n'avions pas eu le première fois...

Au bout d'une heure trente, nous sommes repartis en ayant tout de même entendu qu'il n'y avait rien qui bloquait dans notre dossier. Nous ne savons pas de quand date l'agrément encours le plus ancien de notre département, mais nous espérons pouvoir obtenir cette information la fois prochaine.

Sur ce, nous allons réfléchir à nos devoirs et si vous avez envie de nous aider, n'hésitez pas!

mardi 11 février 2014

Nous ne sommes pas toutes égales

face au désir de maternité.

Ces dernières années, j'ai essentiellement cheminé aux côtés de femmes qui devenaient Mamans grâce à l'adoption. Peut-être une sélection naturelle dans mes contacts. Ou une envie de parler la langue de l'attente avec des personnes qui étaient en mesure de me comprendre, histoire de ne pas prendre trop de risque. La seule qui fait exception à cette règle est mon amie Emilie: nous nous connaissons maintenant depuis plus d'une quinzaine d'années -au temps où nous étions encore étudiantes- et l'Ethiopie lui a fait cadeau de 2 beaux enfants. A l'époque, nous nous dirigions déjà sans le savoir sur le même chemin: une coïncidence inouïe, un lien unique.

Aujourd'hui, à l'heure du déjeuner, nous avons donc évoqué la maternité. Nous étions 5 trentenaires autour de cette table. Nous avions chacune une envie différente, ce qui a permis une conversation riche et animée entre filles pleines de convictions. Le panel était donc le suivant:

- une Maman d'une petite de 4 ans. En couple avec son amoureux depuis leurs 18 ans, elle a quelque peu refréné son envie d'être une jeune Maman sensibilisée par les problèmes d'infertilité d'une Tata de 15 ans son aînée. Dès que la grossesse de la Tata fût enclenchée, ils sont enfin passés de l'attentisme à la réalisation de leur projet. Sans culpabilité. Et il est touchant de l'entendre parler de l'Amour pour cet enfant, Amour dont elle ignorait totalement l'existence avant sa naissance.

- une célibataire ayant toujours tenté de réussir ses relations amoureuses avant d'envisager avoir un enfant. Sauf qu'aujourd'hui, elle est seule, elle a 38 ans et se dit qu'il va falloir commencer à envisager les choses autrement. Elle a conscience que la procréation à l'étranger risque d'être un parcours difficile, elle n'est pas encore prête à se lancer mais exprime clairement son envie de materner et de transmettre malgré le poids des responsabilités d'une Maman célibataire.

- une jeune Maman, maman de 2 grands enfants. En couple depuis ses 19 ans, elle nous parle de son bonheur d'être mère et de sa douleur d'avoir dû interrompre une grossesse parce que son époux ne voulait pas d'un 3ème enfant. Les liens avec sa sœur sont tellement forts qu'elle nous avoue qu'elle serait capable de lui faire don de ses ovocytes pour qu'elle connaisse le bonheur de devenir Maman à son tour. Un geste touchant et rempli d'amour comme nous en voyons peu de nos jours.

- une jeune femme en couple, ayant joué le rôle de Belle-Maman pendant 7 années avec un compagnon précédent. Sans pour autant avoir à ce jour l'envie viscérale de devenir Mère à son tour. Elle évoque le fait qu'elle ne souhaite pas devenir Mère pour répondre à un besoin physiologique, et non pour une envie profonde et réfléchie. Elle ne veut pas faire prendre de risque à un enfant n'estimant pas son désir assez puissant, ne le désirant pas autant que son compagnon à ce jour.

- et moi. Mariée depuis plus de 6 ans, en couple depuis plus de 11 ans. Sans enfant. Et en attente. J'avoue. Je suis certainement celle qui s'est le moins dévoilée au cours de cet échange puisqu’à aucun moment, je n'ai parlé de notre BabyChou et de notre projet d'adoption. Par pudeur? Pour éviter les questions? Je ne saurais vous dire. Peut-être avais-je juste envie d'écouter pour une fois, et non de m'exposer, d'expliquer, d'argumenter.

Non, décidément, nous ne sommes pas toutes égales face au désir de maternité. Et si je ne devais retenir qu'une seule chose de cet échange, c'est que nous devons bien nous garder d'émettre des jugements hâtifs sur les unes ou les autres. Chaque parcours a son lot de secrets voire de blessures dont nous n'avons pas nécessairement connaissance. Mais quel plaisir de vous pouvoir échanger des points de vue en toute sérénité. Cela m'a fait un bien fou et je les en remercie.

Et vous? Désir viscéral depuis toute petite ou bien lié à la rencontre avec vos z'amoureux?

lundi 10 février 2014

Le syndrome du ventre plat

ou comment passer pour une touriste dans un magasin de puériculture.

La semaine passée, j'étais en formation non loin d'un magasin Aubert. Ne finissant pas trop tard, j'ai eu envie d'aller approfondir mes connaissances des sièges-auto et reluquer le lit bébé qui me fait rêver depuis plusieurs mois.

J'entre dans le magasin d'un pas décidé: celui-ci est vide. Je suis la seule cliente, les 3 vendeuses sont regroupées auprès de la caisse. Je fouine, trouve ce que je cherche mais j'ai besoin de quelques précisions. Je me déplace jusqu'à la caisse et demande de l'aide. Une des filles daigne venir, se contente de répondre à mes questions sans jamais me proposer d'acheter.

Je lui tends une seconde perche à propos du lit repéré (qui est en fait pas celui que j'avais en tête, mais passons...) Je lui demande plein d'infos, prend en photo la fiche des prix ... mais à aucun moment, elle ne me propose une documentation, ou même me demande une date pour l'achat.

A peine a t-elle fini de me parler qu'elle retourne à ses bavardages, sachant que je suis toujours seule dans ce grand magasin. Je regarde vite fait les soldes, dit au revoir et sors. Sans avoir eu à aucun moment le sentiment d'être considérée comme une acheteuse potentielle. Il est vrai que je n'ai rien d'autre sur mon ventre qu'un bourrelet, que je n'ai pas parlé de mon bébé mais elle, elle ne m'a rien demandé: ni quand, ni âge, rien. Niet. Nada. Que dalle.

Sauf, que si je mets tout à bout tous les articles regardés, il y en avait pour la bagatelle de 1200€. Rien que cela. Et je peux vous dire une chose, si le téléphone sonne, je n'irais certainement pas chez eux pour dépenser mon fric. Conna...

dimanche 9 février 2014

Il y a bien longtemps

que je ne vous ai pas montrés ce que mes 10 doigts ont réalisé.

Au cours du mois de décembre, j'ai eu une envie furieuse de réaliser un truc pour la chambre de BabyChou. L'objet désiré était choisi de longue date, il ne me manquait qu'un peu de temps pour me lancer.

J'avais craqué sur cette chouette de Mélanie Voituriez, je n'arrivais juste pas à me décider sur les coloris. La seule chose dont j'étais certaine, c'est que je voulais une touche de tissu Lecien pour faire le lien avec une réalisation précédente. Pour les pattes de la chouette et un des nuages, je suis allée farfouiller dans les chutes du BJB et j'ai pu y trouver mon bonheur.

Je ne sais pas encore si ce mobile sera au-dessus de sa table à langer ou de son lit, si je vais y ajouter une boîte à musique ou non. La seule chose dont je suis certaine, c'est que j'ai pris un plaisir fou à le réaliser, et que j'ai hâte de le voir en situation. Dévoré des yeux par notre BabyChou. Ou pas ;)


lundi 3 février 2014

La machine est lancée.

Cet après-midi, nous avons reçu notre travailleuse sociale à la maison.

Nous avons la chance de déjà nous connaître puisque c'est déjà elle que nous avions rencontrée lors de notre premier agrément. Et également lors de la réactualisation des 2 ans. Nous étions donc relativement décontractés et son sourire à l'arrivée nous a confortés dans l'idée que nous étions réunis pour échanger.

Tout comme nous, elle n'aurait jamais imaginé nous retrouver aujourd'hui. Tout comme nous, elle était contente de nous revoir même si elle aurait préféré que ce soit dans d'autres circonstances ...

Nous avons évidemment parlé de notre projet au Vietnam. Mais nous avons essentiellement évoqué les pupilles: tant les bébés nés sous le secret, que les enfants pupilles suite à décision judiciaire d'abandon. Nous lui avons parlé de ces 2 chemins qui furent longtemps parallèles mais qui aujourd'hui semblent s'être inversés: ce qu'elle nous a confirmés.

Nous avons refait la visite de la maison et donc de la chambre de BabyChou. Je lui ai parlé de mon stress quant à cette chambre en cours mais elle m'a tout de suite rassurée. Non seulement elles est tout à fait en mesure d'accueillir notre petit, mais en plus elle nous a fait comprendre que nous aurions le temps de l'adaptation pour passer à la vitesse supérieure! Sur ce, pas besoin de se précipiter pour le choix des peintures. Nous avions de toutes les façons prévu de remettre une couche de blanc avant de nous fixer, donc y'a plus qu'à ...

Prochain rendez-vous le 17 mars ... puis relecture. Il faut bien qu'il y ait des avantages à déjà se connaître, non?


dimanche 2 février 2014

Aujourd'hui,

c'est la chandeleur, mais aucune crêpe party ne s'est invitée à la maison.

Aujourd'hui, ce fut rangement de la maison, de bas en haut. Nous avions déjà débuté dimanche dernier en faisant un travail de fond, il nous restait la forme.

Vous pouvez me faire remarquer qu'il est un peu tôt pour se lancer dans le ménage de printemps ... mais demain, nous avons notre premier entretien pour notre renouvellement d'agrément: visite de l'AS à la maison.

Même si les années ont filé, nous n'avons pas encore réalisé tous les travaux prévus et surtout, nous n'avons toujours pas fait la chambre de notre BabyChou. Si nous sommes questionnés à ce sujet, nous répondrons tout à fait honnêtement: nous n'avions pas éprouvé le besoin jusqu'à présent de nous lancer dans ce projet. Sa chambre est identifiée depuis le premier jour de notre achat, à quoi bon avoir une chambre en attente pendant toutes ces années? Et quand je regarde en arrière, je me félicite de ne pas l'avoir fait.

La journée est passée à toute allure, mais ce soir, j'ai pris le temps de venir allumer une bougie dans ta chambre. Histoire de te montrer le chemin à suivre si tu ne sais comment nous rejoindre. Nous t'attendons depuis si longtemps, petit BabyChou. Et demain, nous franchirons une nouvelle étape pour nous permettre d'aller à ta rencontre. Enfin.