vendredi 1 mars 2013

Recroquevillée à l'intérieur,

dans un mécanisme de défense maximum. Voilà dans quel état je suis. Rien que cela.

2 jours de migraine insoutenables m'ont conduite vers un rendez-vous express avec mon ostéopathe. C'est avec soulagement que j'ai franchi la porte de son cabinet après une journée difficile à supporter.

Dès les premiers instants, elle a compris qu'elle allait avoir du travail. Et la séance l'a confirmé. Tout est tendu, tout est comprimé. Ma tête plus que tout. Elle et moi, nous nous connaissons bien. Nous avons donc inévitablement évoqué l'attente, mais aussi mes crises d'angoisse, mon irritabilité, la pression au travail, mon sommeil troublé moi qui suis plutôt marmotte...

Et c'est là qu'elle m'a lâchée cette description si criante de vérité me concernant: recroquevillée à l'intérieur. Cela m'a fait un choc tant l'image m'a parue coller à ma peau. Sans que je me sois rendue compte que c'était à ce point. A force de toujours faire semblant, on en oublie à quel point ce que nous vivons est difficile, à quel point nous en bavons. A force de veiller à ne pas trop nous plaindre, nous finissons par imaginer que tout va bien et qu'il est normal d'attendre tant de temps pour que notre BabyChou pointe le bout de son nez.

Alors je me suis laissée aller entre ses mains pour que les tensions quittent ma boîte crânienne douloureuse. Elle a réussi à me soulager face à l'urgence de ma demande, mais nous avons tout de suite convenu de nous revoir dans une dizaine de jours. Car il n'est pas question que BabyChou se retrouve avec une FutureMaman  complètement repliée sur elle-même! Comme dirait mon amie Patou, il est grand temps de mettre un coup de pied au fond de la piscine pour retrouver un peu la fille gaie et rigolote qui se cache depuis trop longtemps derrière son masque "je vais bien, tout va bien"...

Et vous, quel remède avez-vous utilisé pour lutter contre le poids de l'attente sur le moral et le physique?

16 commentaires:

  1. Coucou ma belle,
    J'aimerais vraiment connaître un remède miracle, mais malheureusement je n'ai encore rien trouvé...J'espère sincèrement que tu vas te porter mieux bientôt!

    Je t'embrasse fort et bon week end à toi

    Manon

    RépondreSupprimer
  2. Je ne saurai te répondre exactement, mais une chose est certaine, c'est l'appui de vous toutes qui a fait en sorte que nous en sortions sans trop de dégât et si tu as envie de te plaindre et bien plaint toi, ça ne sert à rien de tout garder à l'intérieur :)
    xx

    RépondreSupprimer
  3. Moi je me suis beaucoup épanchée sur mes souffrances et mon usure sur mon blog.
    Je ne cachais pas mon mal être et le soutien de mes lecteurs m'a été extrêmement précieux et porteur.

    Les mots ne font pas toujours leur effet tout de suite...puis ils nous reviennent et nous aident à franchir la pas suivant et à recommencer encore et encore.

    qui peut mieux nous comprendre et trouver les mot que ceux qui sont passés par là ou qui arpente le dur chemin avec nous ?

    Je te tends la main pour le pas suivant et je te le dit encore : au bout de tes pas, il y a ton enfant, ton trésor, une merveille qui va illuminer votre vie de son sourire.

    gros bisou
    Séverine

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Nous avons fait du footing à 2 au moins 2 fois/semaine et mon chéri a même fait un marathon. L'adoption, un "sport" de longue haleine ...on a été au bout de la métaphore! On a aussi fait de supers voyages en Asie et même un en Chine (ou ns avons eu un dossier que ns avons arrêté pr suivre un autre fil rouge). J'ai aussi bcp lu sur la Chine et puis sur le Congo. Pour finir aussi chez l'osthéopathe mais accompagnée par un zébulon de 5 ans qui demandait sans cesse à être porté. Elle m'a trouvée pleine de tensions aussi mais 2 séances ont suffit car l'attente était terminée.
    Je te souhaite bcp de patience (car le courage ne te manque pas) et chouchoute toi car après on chouchoute le zébulon :-)
    Marie maman de Raphaël (né en RD CONGO)

    RépondreSupprimer
  5. Aurélie il va falloir que tu me dises comment tu fais pour décrire aussi précisément mon état d'esprit,une fois de plus. je n'aurais pas fais mieux .
    prend bien soin de toi.
    bises

    RépondreSupprimer
  6. coucou la miss !

    et bien les images nous inspirent en ce moment !
    parfois un mot, une phrase et paffff on comprend on réalise plein de choses sur nous notre état d'esprit, notre vie ....
    je te souhaite ma chère, telle une jolie fleur, de t'épanouir !
    maintenant que tu sais comment tu es, tu peux changer, évoluer !!

    aller hauts les coeurs et 2013 sera une belle année pleine de projets, de joie et d'amour ! et si en plus des enfants pointent leurs nez deci delà ce sera un super BONUS

    grossssss bisous
    patou

    RépondreSupprimer
  7. On faisait tous ce qu'il est plus facile de faire en couple qu'en famille... notamment les voyages lointains ou risqués (Afrique... Cabane en rondin au Canada, sans électricité... au milieu des ours) Nous avions une boulimie de voyages et de destinations rêvées... comme si APRES... ce ne serait plus possible... ce ne serait plus pareil !!! ;o) Bizzz et courage dans ton "lâcher-prise" !!! Mymy.

    RépondreSupprimer
  8. La Dame des Crys1 mars 2013 à 22:19

    Tes mots sont tellement juste et résonnent en moi... Je suis passé par là aussi lors de l'attente et lors de la séparation.... Au bout du chemin oui, il y a ton BabyChou mais d'ici là, tu as le droit de dire que c'est dur, que tu en as marre, que c'est pas juste et que c'est trop long.....
    Bon courage.....

    RépondreSupprimer
  9. Un petit coucou,
    L'attente, les attentes... Migraines, acouphènes, cervicales bloquées, tension à 18... C'était ça parfois, souvent et le pire, c'est que ça revenait par cycle.
    Mais, je puisais mon énergie en lisant les blogs (une grande pensée à Sévérine), en échangeant sur certains forums, en rencontrant des gens qui attendaient, comme nous.
    J'ai aussi acheté tout plein de choses, j'ai préparé son arrivée et pourtant, je ne savais pas d'où il viendrait (Polynésie, Madagascar, RDC...), ni quel âge il aurait. J'ai acheté tout plein de livres sur ces destinations, je me suis imprégnée de ces pays que je ne connaissais pas. J'ai écrit, beaucoup écrit...
    Prends soin de toi. Dis toi qu'un jour ce petit bout d'amour sera là et en attendant, essaie de profiter en te disant que de toute façon, un jour, le bonheur frappera à votre porte.
    Bisous
    Barbara, maman de Clara (15 ans) tricotée maison et d'Alexandre (4 ans) made in RDC, avec nous depuis l'âge de 9 mois.

    RépondreSupprimer
  10. Coucou,

    Pas toujours facile de ne pas finir recroquevillée sur soi même, surtout dans cette aventure qu'est notre projet... car qui peut comprendre ce que l'on vit sans qu'on en montre le moindre détail... Alors oui comme une fleur tu vas t'ouvrir, respirer comme Patricia, et vivre un peu mieux tout en attendant...

    Que de souffrances physiques et psychologiques... mais un grand bonheur à venir !!

    Bisous

    RépondreSupprimer
  11. Je vous souhaite un prompt rétablissement aussi bien physique que moral.
    Avec le Printemps qui approche, il sera plus doux de vivre en regardant les petites fleurs et les rayons de soleil (qui manquent depuis longtemps).
    BISOUS Affectueux.
    ODILE 67.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne sais pas comment c'est possible mais tu as décrit exactement mon état du moment.
    Le remède, je pense, c'est de se plaindre, de ne pas hésiter à le faire car ce que tu vis n'est pas anodin. Rien ne sert de faire semblant. Tu as le droit de te plaindre ma belle.
    Elise

    RépondreSupprimer
  13. Et que je connais cet état de s'enrouler autour de cette souffrance de ne pas avoir notre enfant avec nous. Des remèdes ? Hum... Je fais plein de trucs mais ce vide et cette boule au ventre est toujours là. J'apprends a vivre avec au mieux et de permettre aux autres aspects de ma vie de vivre et de prendre leur place. Courage.. avec le beau printemps qui s'en vient, je souhaite qu'une belle énergie nouvelle prenne place en toi et fasse émerger cette fille joyeuse qui n'est surement pas très loin !! Janik XX

    RépondreSupprimer
  14. Il faut parler, dire son mal être... que malheureusement que les gens en procédure d adoption peuvent comprendre... c est mon constat après deux procédures pour mes deux boudchoux...
    On m a toujours dit qu' après on oublie instantanément ces moments d attente si horribles à vivre, je ne le croyais pas... et pourtant c est vrai! Je te le jure...
    Courage ton enfant n est pas loin.... crois y, persuade t en, continue de te battre et de te projetter
    Marie maman de tom (Haïti aout 2009) et Liza (Guinée février 2013)

    RépondreSupprimer
  15. Je ne connais pas le remède pour ces maux mais certainement les mots que tu nous donnent à lire peuvent en être un.
    Quelques soient les maux et les mots, nous serons auprès de toi pour te lire et te soutenir du mieux qu'on pourra.
    Des bisous et de la douceur pour toi.

    RépondreSupprimer
  16. oh comme je te comprends! je ressens souvent la même chose! et j'ai pris un abonnement chez mon ostéo!!!!
    Un bon massage de temps en temps çà me fait aussi le plus grand bien et comme je le dis...j'essaie, de profiter de l'instant présent...les petits bonheurs pris me font du bien et me déstressent un peu...et puis j'essaie de rire...pas toujours facile mais qu'est-ce que çà fait du bien! c'est sur, tous les jours je pense à mes zamours toulaba...certains jours plus douloureusement que d'autres...
    allez courage, il fait beau, le printemps est là! la nature s'éveille...Une bonne nouvelle peut arriver à tous moments!

    reposes toi et essaie de lacher prise(moi j'ai bcp de mal!) et de penser à toi et seulement à toi un peu...

    BIZZ
    Anne-Lise

    RépondreSupprimer