mercredi 11 mars 2015

Il y a un mois,


nous nous préparions à vivre la rencontre de notre Vie. Depuis 48 heures, notre BabyChou avait les traits d'un adorable bébé, et nous allions enfin le rencontrer.


Le matin, je suis allée à l'agence. Aucune possibilité de faire autrement: je devais débarrasser mon bureau, faire un semblant de passation de dossiers, rendre mon jeu de clés. Ma messagerie explosait de mails de félicitations, le téléphone sonnait, je tentais de remplir mes cartons tout en gardant un œil sur la pendule. Il me fallait 40 minutes pour rentrer à la maison, le temps de tenter de manger ... et de passer cette robe noire achetée il y a quelques années en prévision de la rencontre.

Un peu avant midi, nous avons quitté la maison. Nous avions rendez-vous à 13 heures avec la responsable de l'ASE, à la pouponnière. Une fois encore, nous avons fait la route sous le soleil.
Nous étions détendus et heureux mais une angoisse s’immisçait en moi; et si je ne le reconnaissais pas! La première photo vue dans l'album de naissance étant gravée dans ma mémoire, je craignais de ne pas retrouver les traits de ce beau nourrisson dans ce bébé de 2 mois. Mais je suis sûre que vous savez exactement ce que j'ai pu ressentir ...

Avant de franchir les portes de la pouponnière, nous avons fait quelques clichés des doudous qui dormaient avec nous depuis que le téléphone avait sonné: Mr Hérisson acheté lors d'une baisse de moral en octobre 2010 et Mr Hippo offert par Drinette au cours des derniers mois d'attente.

Une des responsables de la pouponnière est venue nous accueillir avec Mme B la responsable de l'ASE. Nous sommes entrés dans une petite salle d'accueil: les éléments étant adaptés à l'accueil de parents avec leurs enfants, j'avais le sentiment que nous l'emplissions totalement. Mais nous n'étions pas encore au complet: la référente de notre BabyChou est venue se présenter. Elle nous a expliqué qu'il venait de prendre son biberon, qu'il était dans son landau et qu'elle allait revenir avec lui.

Je sens encore les larmes monter lorsque je la revois arriver avec ce landau bleu marine. Sa voix douce lui expliquait ce qui était en train de se passer. J'essayais de ravaler mes larmes pour ne pas l'effrayer. Comme pour une naissance, c'est Cher&Tendre qui a pu l'apercevoir en premier. Je me suis déplacée pour passer de l'autre côté du landau et là, j'ai rencontré son regard. Je fus touchée de sa franchise, du sérieux qui se dégageait de ce petit bonhomme ... et j'ai fondu lorsque son premier sourire a pointé. Je sentais les regards qui nous entouraient, mais aussi la bienveillance qui se dégageait. BabyChou étant détendu et ouvert, D nous a proposés de le prendre dans nos bras.
Le parcours de l'adoption se vivant côte à côte; j'ai eu envie que ce soit Cher&Tendre qui le prenne en premier. Une façon comme une autre de lui dire merci de nous avoir permis d'en arriver là ...

Après les premiers clichés de famille, j'ai à mon tour pris ce petit bonhomme dans mes bras. Je l'ai trouvé si petit, si beau, et si calme. Nous avons pu profiter d'un moment à trois histoire de savourer cet instant unique. Quelques instants après s'être installé dans le creux de mes bras, LittleL m'a fait le cadeau incroyable de s'y endormir. Nul besoin de vous dire que j'étais aux anges!

L'après-midi est passé à une vitesse folle et pour autant, nous avons profité. Nous avons fait quantité de photos, mais aussi quelques vidéos pour pouvoir partager avec nos proches. La référente nous a confiés son album de naissance et son album de pouponnière. Elle nous a remis le sac confectionné par la lingère à sa demande. Dès ce premier jour, nous avons senti que tout serait fait pour que nous soyons accompagné et non observé. Dès ce premier jour, LittleL nous a beaucoup donnés alors que nous nous étions promis de ne rien lui demander, de le laisser venir, de nous adapter à lui et non l'inverse.

Lorsque nous avons franchi la porte pour partir, nous avons osé. Nous avons osé dire que nous venions de vivre une rencontre idéale. Avec un petit ouvert et préparé, avec de jeunes parents confiants et disponibles. Peut-être est-ce pour cela que nous avons attendu tant d'années finalement ...

lundi 9 mars 2015

Lundi 9 Février 2015

Notre Home Sweet Home est à plus d'une heure de notre Conseil Général. Depuis le jour de l'appel et malgré une vérification de ma part, Cher&Tendre et moi-même avions un doute sur l'heure de rendez-vous. Onze heures? Onze heures trente? Nous ne savions plus.

Nous avons pris la route sous un grand soleil pour partir à la découverte du bébé qui nous attendait. Dans la voiture, nous étions détendus. Nous avions de hâte de savoir si ce bébé était une petite fille ou un petit garçon, s'il était couleur chocolat ou café. Bref, nous étions prêts.

Nous avons tenté un selfie devant les locaux du CG, mais la tentative fût ratée pour cause de soleil dans l'oeil et de mauvais cadrage. Ce fût une émotion particulière que de nous présenter à l'accueil, non pas pour un énième rendez-vous mais bel et bien pour découvrir le dossier de notre bébé!

Mme B. responsable de la cellule ASE est venue nous chercher pour nous conduire dans une salle où se tenait le président du conseil de famille et le tuteur de l'enfant. Nous les avions vu entrer dans le hall du CG pendant que nous attendions. J'avais dit à Cher&Tendre que j'étais certaine qu'ils étaient là pour nous, il m'avait répondu que comme d'habitude, je voyais des signes partout!

Nous nous sommes installés, un peu fébriles, j'ai sorti un carnet et un crayon mais je dois vous avouer que je n'ai pris aucune note. Nous n'avons fait qu'écouter. Je dirais même que nous avons écouté religieusement. Assis l'un à côté de l'autre, nous avons découvert la vie de ce bébé avant nous.
Nous avons été extrêmement touchés par l'affection qui transparaissait dans les propos du président. Nous savions que ces tout-petits n'étaient pas de simples dossiers, nous n'aurions jamais imaginé que nous pourrions ressentir ce réel intérêt à ce point.

Et finalement, juste avant de nous montrer son album photo de maternité, nous avons appris qu'il s'agissait d'un petit garçon. C'est étrange, je n'avais aucune préférence et pour autant, savoir que c'était un garçon fût une vraie surprise. L'émotion fût à son comble lorsque nous avons découvert sa bouille. Nous sommes tombés sous le charme de ce petit bonhomme aux sourcils froncés et aux petits doigts tout fins. Les larmes ont coulé, l'émotion était palpable, le silence respectueux de cet instant si fort.

Nous avons eu la chance, après ce moment unique, de pouvoir échanger sur notre parcours; de nous exprimer sur notre attente, sur l'espoir qui ne nous a jamais quittés pendant toutes ces années. Je me suis permise de taquiner notre responsable ASE en lui disant qu'elle n'aurait plus à répondre à mes appels pour nous rappeler à son bon souvenir. 

Lorsque nous sommes sortis, dans le couloir, nous avons croisé un autre membre de l'équipe, Mme D avec qui nous échangions lorsque Mme B n'était pas disponible au téléphone. C'était aussi la première personne rencontrée au CG qui nous avait remis notre dossier pour notre premier agrément, en décembre 2008.

Une fois dehors sous le soleil, nous avions un sourire greffé sur nos visages. Je ne sais pas combien de fois j'ai pu dire: t'as vu, il est tout petit. Il est trop beau! Nous avons fait le choix de ne pas rallumer nos portables pour savourer ce moment à deux. Mais dans nos têtes, nous étions trois.

jeudi 5 mars 2015

Le compteur s'inverse !!!

Un coup d’œil sur la date du calendrier dans l'après-midi a fait "tilt" dans mon cerveau de blonde. J'ai douté en me disant que ce n'était pas possible, que le temps ne pouvait pas s'être accéléré à ce point, qu'il y avait certainement une erreur. Et bien non. C'est bien vrai. Cela fait un mois que notre LittleL est entré dans nos vies!

Un mois après, je suis toujours incapable d'exprimer les sentiments qui m'ont envahie après avoir entendu la voix de Cher&Tendre. Je n'arrive pas à poser de mots. Je pourrais juste assimiler cela à une lame de fond, si imprévisible et si différente de tous les scénarios que j'avais pu élaborer pendant toutes ces années. C'est une sensation unique que je n'arrive pas à décortiquer qui mélange larmes, joie, souffle bloqué, incapacité à parler et à réfléchir... Un sentiment innommable.

Il y a un mois, je déjeunais avec Fremacile. Nous avions pris le temps de parler, de nous écouter, de partager tout en croisant les doigts pour que je puisse enfin voir mon attente prendre fin. En sortant du travail, je l'ai appelée chez elle en l'appelant ma bonne étoile. L'émotion l'a gagnée, c'est son mari qui a pris le téléphone. Un mois après, je suis certaine qu'elle n'en est toujours pas revenue de cette coïncidence!

Le soir, lorsque je suis arrivée à la maison, Cher&Tendre avait mis une bouteille de champagne de notre mariage au frais et sorti les flûtes de notre service. Plusieurs fois, il m'avait taquinée en me disant qu'elle ne serait plus bonne. Je n'ai jamais voulu cédé, la réservant pour fêter notre appel magique.
Ce soir là, nous n'avons pas eu envie de boire seuls et nous savions avec qui nous avions envie de partager cet événement. Il fallait juste arriver à les faire venir sans leur donner le motif avant qu'ils soient à la maison. Pour Elle, ce fût relativement facile: le midi j'avais acheté des chaises qui l'intéressait, j'ai prétexté que Cher&Tendre refusait qu'elles stagnent dans notre salon pour l'obliger à passer à la maison en express ... alors qu'elle avait prévu d'aller dormir chez ses parents qui habitent pas du tout à côté de chez nous! Pour Lui, ce fût beaucoup plus difficile puisqu'il fallait le convaincre de rater son entrainement de foot, et autant vous dire que cela ne fût pas une mince affaire!!!

En les attendant, nous avons fait sonner le téléphone dans un grand nombre de maisons. Certaines -dont notre chère MiaM- ont su dès que notre nom s'est affiché, une bonne fée trépignait en attendant mon appel, la maman d'une Petite Fleur a eu la confirmation de ce qu'elle avait soupçonné ... Et dire que Cher&Tendre essayait depuis des mois de me convaincre d'informer tout le monde une fois que le petit serait à la maison. Ce fût pour moi mission impossible. Je ne pouvais pas m'empêcher d'annoncer la bonne nouvelle!!!
Le plus étrange, c'est que finalement, les derniers informés ce jour-là furent mes parents. Parce que lorsque j'ai appelé à la maison, ma Maman n'était pas rentrée du travail et que je n'imaginais pas leur annoncer séparément!

Lorsque mon Amie est arrivée à la maison, j'étais incapable de la regarder dans les yeux. Je ne voulais pas lui faire l'annonce dans notre couloir, j'avais envie de la protéger, elle qui est encore en attente. Je savais combien il peut être douloureux de voir les copines attribuées, je connais ce mélange des sentiments entre plaisir et envie, entre partage et jalousie. Je ne voulais pas lui faire du mal, je voulais juste partager ce moment unique avec  Elle qui était à nos côtés depuis plusieurs années.
Je n'ai pas eu à faire de grande annonce parce qu'elle se doutait. Parce qu'une simple phrase dite au cours d'un échange téléphonique quelques jours avant lui avait laissé penser que ce pourrait être notre jour très prochainement. La Vie est décidément pleine de surprises.
Ce soir-là, j'ai également tenté de joindre mon Amie de 15 ans. En vain. Cela devrait donc attendre le lendemain.

Lorsque nous sommes allés nous coucher tardivement, j'ai reçu un texto de la Maman Poulet. Cette dernière m'a souhaitée la plus belle nuit blanche de ma Vie. Je ne l'ai pas cru et pourtant, c'est elle qui avait raison. Je n'ai pas fermé l'oeil en pensant à ce petit bébé de 3 mois dont nous ne savions rien ... si ce n'est qu'il ou elle était magnifiquement beau.

Punaise, c'est il y a déjà un mois. Seulement un mois.

jeudi 26 février 2015

Le 57ème mois d'attente

n'aura pas lieu.

Une de mes copines de parcours m'écrivait le mois dernier qu'elle ne pouvait pas me dire que ma recherche de photo pour illustrer le décompte allait s'arrêter, tout en me souhaitant de connaître prochainement la joie du coup de fil tant espéré.
Je dois vous avouer que lorsque j'ai découvert ses mots, j'ai effectivement pensé que ma recherche n'était pas terminée. Parce que Cher&Tendre est moi-même étions intimement persuadés que l'appel ne pourrait pas avoir lieu avant cet été. Mais une fois de plus, mes statistiques étaient bonnes à mettre au panier.

Parce que ça y est, le téléphone a sonné! Nous avons cherché notre BabyChou sur un autre continent ... et il a ouvert ses yeux à quelques kilomètres de notre Nid.
Cher&Tendre a su, dès qu'il a vu le numéro s'afficher sur son portable. Il était en voiture, s'est arrêté et a créé un mémo sur mon portable. Dans les minutes qui ont suivi, il a cherché à me joindre par tous les moyens: texto, messenger, appels sur mon portable. Il y arrivera finalement sur le poste de mon chef. Je ne pourrais jamais oublier ces 2 phrases et son ton ému: "c'est pour une bonne nouvelle. Çà y est, tu vas être Maman!"

J'ai fondu en larmes et vécu un moment unique; celui où tu pleures, où tu ne peux plus respirer et en même temps tu te sens délivrée, celui où les sanglots te submergent parce qu'au fond de toi tu avais toujours peur. Peur que cela n'arrive jamais. Ma collègue de travail a eu peur elle aussi. Elle a eu peur parce que j'ai poussé un tel cri qu'elle a craint qu'il ne soit arrivé quelque chose de grave. Ce cri, je ne m'en souviens pas, c'est elle qui me l'a raconté.

Ce jeudi 5 février, on nous a annoncés que nous avions été choisis par le conseil de famille de notre département pour un bébé de 3 mois. Le lundi suivant, nous avons découvert qu'il avait tout juste 2 mois, que c'était un garçon. Le premier cliché que nous avons découvert de lui est une photo de la maternité: son portrait est gravé dans ma rétine. A jamais.

Petit BabyChou, nous t'avons beaucoup attendu mais avec ton Papa, nous sommes sûrs d'une chose: nous n'aurions pu t'espérer aussi parfait. Même dans nos rêves les plus fous.



samedi 31 janvier 2015

56 mois

Chaque mois, lorsque je suis à la recherche de l'image qui illustrera mon article, j'ai une pensée pour mon amie Mia M. Elle qui me suggérait cet été de tenter de laisser tomber le décompte pour conserver un peu de sérénité.
Chaque mois, je me demande si ce n'est pas elle qui a raison. Parce que ce n'est pas humain de s'infliger des mois à ajouter les uns aux autres. Parce que je fais tourner le compteur en ajoutant les mois, comme les prisonniers, et non en les soustrayant.

Chaque mois, je me dis que finalement, tout cela ne veut pas dire grand chose. Qu'à part quelques irréductibles de l'attente, personne ne peut imaginer ce que nous traversons.

Et pourtant, chaque mois, je recommence. Je me place face à mon clavier et j'écris. Parce que je ne veux pas abandonner, je ne veux pas protéger mes visiteurs de ce poids de l'attente. Parce que je veux avoir le bonheur de pouvoir dire -un jour- enfin, c'est fini. Nous y sommes arrivés. Nous avons vaincu ce vilain dragon de l'attente.

BabyChou, saches que ta Maman tient des comptes, tente des statistiques depuis le début de l'aventure. Elle fait des règles de trois et flirte avec les probabilités. Mais elle n'a pas oublié que les chiffres, nous pouvons leur faire dire ce que nous voulons. Tout est question d'interprétation: n'est ce pas MiaM ? Quant à SuperPapa, il montre des signes d'impatience mais n'a pas non plus la réponse à la question qui revient sans cesse; dis, tu crois qu'il est déjà né, notre BabyChou ???


jeudi 8 janvier 2015

Faut-il donc etre complètement inconscients

pour envisager d'avoir des enfants dans notre monde actuel?

Depuis hier, j'ai un goût amer lorsque je regarde les infos et pour autant, je m'arrive pas à m'en éloigner. Comme nous tous, j'attends. J'attends que ces 2 tueurs soient interpellés afin qu'ils puissent être jugés. En espérant qu'ils ne soient pas tués, qu'ils aient le courage de ne pas se donner la mort qui serait une fuite bien trop douce par rapport à l'horreur qu'ils ont laissée derrière eux.

Hier, des hommes sont morts. Ils se sont fait assassinés sur leur lieu de travail. Leurs outils de travail étaient leurs crayons. Hier, on a voulu tuer notre liberté d'expression. Deux extrémistes ont eu la naïveté de croire qu'il suffisait de s'attaquer à armes inégales à un journal satirique pour tous nous faire taire. Quelle candeur de leur part!

Depuis hier, je m'interroge. Nous nous interrogeons. Qui sommes-nous pour vouloir accueillir un enfant dans ce monde? Dans quelle société va t-il évoluer? Comment pourra t-il avoir confiance en nous et en notre éducation s'il découvre que des Hommes usent de la violence pour exprimer leur désaccord alors que nous sommes de farouches partisans de la liberté et de l'échange?

Mais d'un autre coté, nous ne pouvons pas les laisser gagner. Nous ne pouvons pas arrêter de vivre et d'avoir des projets de famille uniquement parce que nous ne voulons pas prendre le risque de devoir répondre aux questions de nos enfants.
Nous nous devons, nous adultes réfléchis et sensés, de leur apprendre que quelque soit leur opinion, ils se doivent de les exprimer. Avec diplomatie et respect certes, mais les exprimer. 

Ce soir, je me suis projetée en tant que Maman, Cher&Tendre en tant que Papa d'un BabyChou  de 6 ans ... Et je me suis sentie démunie. Comment informer sans faire peur? Comment expliquer sans minimiser? Comment les protéger sans leur cacher la vérité?
Nous n'avons pas la réponse à ces questions. Nous ne savons qu'une seule chose: nous ne le laisserons pas dans l'ignorance. Nous mesurerons nos propos et canaliserons les images pour lui laisser le plus longtemps possible, la fraicheur et l'insouciance de l'enfance.

Aussi inconscients que nous puissions paraitre, nous ne les laisserons pas gagner! Nous continuerons à nous exprimer. Et nous donnerons ce magnifique pouvoir à notre Enfant. BabyChou, saches que tu seras éduqué dans le respect de la liberté d'expression. Que cela te plaise. Ou pas.



jeudi 1 janvier 2015

Bienvenue 2015!

Cette première journée de l'année a amené son lot de bons souhaits à notre attention. S'il est vrai que nous sommes toujours aussi touchés que l'on pense à nous, nous ne pouvons nier que la teneur des messages à bien changer par rapport à l'année passée.

Cette année, tout est dans la retenue. Personne n'ose nous souhaiter clairement l'arrivée de notre BabyChou dans les 365 jours. Parce que beaucoup y ont cru pour nous en 2014 et que personne n'ose réitérer de tels pronostics compte tenue de l'année écoulée.

Quand je dis personne, je parle autant de la famille que des amis. Pas de jaloux. Je peux les comprendre mais cela renforce ce que j’écrivais hier.
Il nous arrive de plus en plus souvent de voir le doute dans le regard de nos interlocuteurs lorsque l'on évoque notre projet, lorsque l'on dit que l'on espère pour les mois à venir alors que cela fait des années que nous chantons le même refrain.
Il y a aussi l'incompréhension lorsque l'on évoque les procédures tant au niveau national qu'international puisque dans l'imaginaire collectif, des enfants, il y en a.
Ou encore le silence qui peut vite passer pour de l'indifférence lorsque nos interlocuteurs font comme si le sujet ne les intéressait pas. Alors qu'il s'agit certainement de malaise.

Pour autant, je n'ai pas plus envie de simplifier les choses en minimisant notre attente, en prenant mon air "youpla boum" lorsque l'on me demande comment je vais. Et il en sera ainsi pour toute l'année à venir. Vous l'aurez compris, il s'agit d'une résolution pour 2015: arrêter de faire semblant pour ne pas indisposer mon interlocuteur!
Ma seconde résolution concerne aussi mes relations avec mes pairs: cette année, j’arrêterais de consacrer du temps aux personnes qui n'en valent pas la peine, j'arrêterais de remonter le moral à ceux ou celles qui m'oublient dans la foulée lorsque tout s'arrange pour eux de façon à me consacrer à ceux qui en ont vraiment besoin et qui ne me lâchent pas la main. Bref, je vais me recentrer pour mieux profiter et m'épargner. 
Pour tout le reste, pas de résolutions particulières car en règle générale, j'ai les plus grandes difficultés à m'y tenir.

Pour autant, j'ai à coeur de vous adresser tous mes voeux de santé, de bonheur et de réussite pour les mois à venir. Je n'ai pas de boule de cristal dans mon nid douillet, je ne peux donc pas vous prédire quels voeux seront réaliseront. Je me contenterais donc de vous souhaiter de doux moments avec vos proches, une Vie à l'abri des cahots, et quelques bonnes surprises.

Prenez soin de vous et ... bienvenue 2015!