lundi 28 octobre 2013

Le 20 novembre 2010,

j'écrivais "j'aime les symboles" en vous présentant ma couverture grise tricotée au cours de notre agrément.

Depuis sa réalisation, j'avais envie de la doubler avec du tissu. Sauf, qu'à l'époque, je n'avais pas réussi à surmonter ma peur de la machine à coudre. Mais ça, c'était avant.

Car aujourd'hui, j'ai sorti un des tissus de ma dernière commande avec l'idée de finir ce que j'avais en tête depuis le début.

Et bien je n'ai pas peur de dire que je suis ravie du résultat! Rien que cela. Gigi la Girafe a l'air ravi de cette couverture douillette compte tenue du temps qu'il fait ces 2 derniers jours.

Alors BabyChou, si tu attendais de venir par peur d'avoir froid: sois rassuré! Entre ton BJB et ta couverture tricotée, tu n'auras pas froid. Tu peux pointer le bout de ton nez. Même en hiver!


dimanche 27 octobre 2013

41 mois d'attente,

4 ans d'agrément et 26 couples devant nous sur la liste MDM Vietnam. Voilà un beau résumé de ce mois d'octobre 2013.

Outre ce mois d'attente de plus à notre compteur "Vietnam", c'est surtout cette 4ème année d'agrément qui marque le mois écoulé. Au risque de me répéter, nous étions bien loin d'imaginer que nous serions dans l'obligation de mettre en route un nouvel agrément lorsque nous avons obtenu celui-ci en 2009. C'est pourtant ce que nous nous apprêtons à faire lundi prochain en nous rendant à la réunion d'information de notre CG. Notre cœur n'est pas lourd puisque nous avons la certitude d'approcher de notre but: la rencontre avec notre BabyChou.

Très bizarrement, cette entrée dans la dernière année de validité de notre agrément nous redonne un peu de la légèreté que nous avions perdu depuis de nombreux mois. Nous avons confiance en nous, en notre CG, en notre OAA.

Notre OAA. Celui qui a du me prendre pour une grande malade lors de notre conversation téléphonique de mardi après-midi. Celui qui m'a entendu rire joyeusement lorsque j'ai appris que nous n'avions QUE 26 couples devant nous. Celui à qui j'ai du justifié ma bonne humeur en expliquant que nous pensions qu'il y en avait encore au moins 40 avant nous. Celui à qui je n'ai pas manqué de renouveler notre confiance pour l'avancée de notre dossier. Celui avec qui j'ai achevé le contact en disant qu'il était mon rayon de soleil de la journée.

Au début de cette 5ème année d'agrément, force est de constater que nous ne savons toujours pas d'où notre BabyChou pointera le bout de son nez: France, Vietnam? Vietnam, France? Rien n'est figé, ni d'un côté, ni de l'autre. Le Destin nous garde la surprise bien au chaud. Jusqu'à quand, là est la question!


samedi 19 octobre 2013

Officiellement,


nous venons d'apprendre que nous avons gagné une place sur la liste MDM Vietnam. Officieusement, nous savons que nous en avons gagné 2!


Et oui, deux pupilles font le bonheur de leurs parents qui étaient en attente depuis novembre 2009 avec MDM.

Du coup, nous remontons directement de 2 places.

On va finir par y arriver! Ça c'est sûr!

On y croit. On y croit!


jeudi 17 octobre 2013

J'ai hésité entre

"vous avez le droit de vous marrer comme des baleines", "je suis blonde et j'assume" ou "le jour où j'ai failli rencontrer le Dct De Monléon".

Lorsque nous avons reçu un mail de notre EFA nous informant que "The Doc" était de passage en région parisienne, ma cop's et moi avons décidé d'aller écouter la bonne parole. Nous nous sommes d'abord faites passer pour les premières femme homos ayant obtenu notre agrément pour bénéficier du tarif couple. Non, je vous fais marcher, même s'il est vrai que nous avons eu le tarif couple!

A 18 heures tapantes, j'ai filé du boulot pour aller attraper le train. Train que j'ai vu partir alors que j'arrivais sur le quai: allez hop, 35 minutes d'attente. Ma cop's a fini son boulot en retard mais m'a récupérée presque à l'heure prévue. Et nous voilà parties pour affronter ... les bouchons sur l'autoroute et le périph': un classique les soirs de semaine! Heureusement, nous avons pu rassasier nos estomacs avec une alimentation saine et préparée à l'avance (traduisez par sandwichs, MonsterCrunch, cup cakes et coca: je vous laisse juger)

Bouchons + ralentissements + pas de places pour se garer = marche à pied pour nous rendre à l'adresse de la conférence. Nous avions une demi-heure de retard, notre rythme de marche fût donc soutenu. Comme je sortais du travail, mes mi-bas sexys dans mes petites chaussures ont commencé à échauffer fortement la plante de mes pieds. Mais j'étais prête à tout pour aller écouter "La Légende".

C'est à partir de ce moment que les choses ont commencé à sérieusement se gâter. Pas moyen de trouver le numéro de la rue. Nous avons demandé à bon nombre de personnes, en vain. Nous étions devant un bâtiment tout sombre, sans lumière: un homme entre dans la cour, nous le suivons. Dans le hall, nous reconnaissons le logo de l'OAA qui organise le conférence: tout nous semble bien calme, mais nous décidons tout de même de rentrer. Au 3ème étage, nous devons nous rendre à l'évidence: il n'y a personne. C'est à cet instant que la lumière s'est coupée. Comme dans les films. Et là, j'ai flippé: nous étions 2 nanas dans un escalier tout noir abritant visiblement que des bureaux déserts avec un inconnu! Autant vous dire que nous n'avons pas perdu de temps pour nous sauver de ce lieu un peu glauque...

Cela faisait bien une demi-heure que nous tournions en rond lorsque le doute s'est installé: étions-nous à la bonne adresse? Petite pause pour mes pieds, connexion à la boîte mail, appel à Cher&Tendre puis le verdict: nous étions au siège de l'OAA et non à l'adresse de la conférence. Après quelques grincements de dents, nous avons dû refaire le chemin inverse jusqu'à la voiture: mes pieds continuaient à morfler mais pas question d'abandonner. Nous étions tout de même dans la bonne ville.

Sauf, qu'au Kremlin Bicêtre, il y a 2 centres culturels pour accueillir les conférences. Et que lorsque l'on a la poisse, on l'a jusqu'au bout. Et que nous nous sommes rendus, à nouveau, au mauvais endroit. Nous avions quasiment une heure et demie de retard, les nerfs en pelote et quelques principes éducatifs: entrer avec autant de retard pour assister à une conférence ne se fait pas. Nous avons donc pris le chemin du retour.

Ma cop's et moi avions alors 2 solutions: nous prendre la tête jusqu'à la maison ou prendre le parti d'en rire. Nous avons choisi la seconde solution et décidé de retenir la leçon suivante: le co-pilote ne doit pas faire confiance au pilote à 100%. Son job est de vérifier l'itinéraire, et donc l'adresse entrée dans le GPS. Leçon apprise et retenue ;)

Au fait, vous savez quoi? Ça roulait super bien sur le périph' et l'autoroute à 22 heures. Pas l'ombre d'un bouchon! Et nous? Nous n'avons toujours pas vu le Dct De Monléon. Mais nous n'avons pas dit notre dernier mot: il sera à Evreux au mois de novembre.


lundi 7 octobre 2013

Lorsque nous sommes sur le chemin,

nous oublions trop souvent que le vie continue.

Nous nous concentrons sur notre projet -celui qui fera de nous de futurs parents- occultant parfois que nous restons des hommes et des femmes avec nos forces et nos faiblesses. La société attend de nous que nous nous montrions sous notre meilleur jour: heureux, amoureux, gérant l'attente avec virtuosité. Nous nous conditionnons tellement que parfois, nous oublions que tout n'est pas lisse. Que le temps agit sur nos corps, sur nos âmes. Que les blessures ne guérissent pas et que l'attente peut les aggraver. Que cet enfant tant espéré ne suffit pas toujours pour nous forcer à continuer. Parce que finalement, nous sommes des hommes et des femmes comme tout le monde.

Aujourd'hui, une Etoile s'est ajoutée au ciel, nous remettant brutalement face à la réalité.

samedi 5 octobre 2013

HiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!

Cela faisait des semaines, des mois, et même des années que nous attendions de pouvoir émettre ce cri de joie. Et la bonne nouvelle est tombée lundi dernier. Nous avions prévu de faire notre "déjeuner filles" comme nous le faisons régulièrement, mais le P't Poulet s'étant mis en mode vomito, nous avions décidé de reporter.

Du coup, je ne me suis pas méfiée lorsque mon téléphone a sonné affichant le prénom "Nathalie". Etant pressée d'aller poster notre confirmation de maintien d'agrément et notre demande de renouvellement, le premier appel a basculé sur la messagerie. A peine garée, nouvel appel: je décroche en disant que je vais la rappeler. Et là, j'entends que non, je ne dois pas raccrocher. Que ça y est, le téléphone a sonné pour eux. Qu'un petit garçon les attend au Sud du Vietnam. Oui, j'ai crié dans ma voiture, passant certainement pour une hystérique. Mais qui a t-il de meilleur que d'être émue par le bonheur de nos amis?

Au cours de cette folle journée, j'ai passé beaucoup de temps au téléphone en FaceTime et même sur
Skype. Un sourire à 5000 dollars est resté greffé sur mon visage. Des larmes ont coulé de mes yeux. Et la photo d'un magnifique petit bonhomme s'affiche désormais lorsque Nathalie m'appelle sur mon portable.

Je suis si heureuse pour vous. Lundi, je t'ai trouvé resplendissante, encore un peu sous le choc. Mais si heureuse. Toi qui as su  remercier les couples qui vous ont entourés au cours des derniers mois et années, je tenais aussi à te remercier pour ces partages, ces appels, ces encouragements que nous nous sommes prodiguées mutuellement. J'ai hâte de connaître enfin votre date de départ, j'ai hâte de découvrir votre première photo à trois, j'ai hâte de vous savoir réunis...

Petit Antoine, saches que tu m'as faite vibrer aux côtés de tes parents. Et pour cela, toi aussi, je te remercie.