jeudi 8 janvier 2015

Faut-il donc etre complètement inconscients

pour envisager d'avoir des enfants dans notre monde actuel?

Depuis hier, j'ai un goût amer lorsque je regarde les infos et pour autant, je m'arrive pas à m'en éloigner. Comme nous tous, j'attends. J'attends que ces 2 tueurs soient interpellés afin qu'ils puissent être jugés. En espérant qu'ils ne soient pas tués, qu'ils aient le courage de ne pas se donner la mort qui serait une fuite bien trop douce par rapport à l'horreur qu'ils ont laissée derrière eux.

Hier, des hommes sont morts. Ils se sont fait assassinés sur leur lieu de travail. Leurs outils de travail étaient leurs crayons. Hier, on a voulu tuer notre liberté d'expression. Deux extrémistes ont eu la naïveté de croire qu'il suffisait de s'attaquer à armes inégales à un journal satirique pour tous nous faire taire. Quelle candeur de leur part!

Depuis hier, je m'interroge. Nous nous interrogeons. Qui sommes-nous pour vouloir accueillir un enfant dans ce monde? Dans quelle société va t-il évoluer? Comment pourra t-il avoir confiance en nous et en notre éducation s'il découvre que des Hommes usent de la violence pour exprimer leur désaccord alors que nous sommes de farouches partisans de la liberté et de l'échange?

Mais d'un autre coté, nous ne pouvons pas les laisser gagner. Nous ne pouvons pas arrêter de vivre et d'avoir des projets de famille uniquement parce que nous ne voulons pas prendre le risque de devoir répondre aux questions de nos enfants.
Nous nous devons, nous adultes réfléchis et sensés, de leur apprendre que quelque soit leur opinion, ils se doivent de les exprimer. Avec diplomatie et respect certes, mais les exprimer. 

Ce soir, je me suis projetée en tant que Maman, Cher&Tendre en tant que Papa d'un BabyChou  de 6 ans ... Et je me suis sentie démunie. Comment informer sans faire peur? Comment expliquer sans minimiser? Comment les protéger sans leur cacher la vérité?
Nous n'avons pas la réponse à ces questions. Nous ne savons qu'une seule chose: nous ne le laisserons pas dans l'ignorance. Nous mesurerons nos propos et canaliserons les images pour lui laisser le plus longtemps possible, la fraicheur et l'insouciance de l'enfance.

Aussi inconscients que nous puissions paraitre, nous ne les laisserons pas gagner! Nous continuerons à nous exprimer. Et nous donnerons ce magnifique pouvoir à notre Enfant. BabyChou, saches que tu seras éduqué dans le respect de la liberté d'expression. Que cela te plaise. Ou pas.



4 commentaires:

  1. Comme VOUS je pense que beaucoup ont un goût amer. Mais personnellement je préfèrerais qu'ils soient tués ou qu'ils se donnent la mort.
    Car avec notre "belle justice française" qu'est ce qu'on risque???
    Bien souvent à la fin du procès, je me demande qui sont les "VICTIMES" est ce les personnes mortes ou violées ou les "Assassins"?? Ils terminent les procès avec les circonstances atténuantes (l'enfance malheureuse, l'intégration mal faite etc etc) pour aller dans une prison dorée d'où ils sortent quelques temps après.
    Nous sommes sur une poudrière, et cela fait longtemps que cela couve. J'ai 70ans et jamais je n'aurais voulu voir cela. Et pourtant, je dis souvent, je plains mes enfants 40ans et petits enfants 3ans etc etc de façon générale. Mais la violence arrive trop vite. Mais il y a eu trop de laisser aller. Pas assez de règles à respecter et surtout on n'a pas fait respecter les règles par tout le monde dans NOTRE PAYS.
    Quand à votre Babychou, vous trouverez les mots pour le protéger au moment opportun, comme nous l'avons faits au sujet de la drogue aux sortie des écoles. Il vaut mieux prévoir que d'être victime.
    Je vous souhaite une bonne journée et j'espère que le jour tant attendu d'avoir votre Babychou ne se fera plus attendre.
    BISOUS Affectueux.
    ODILE 67.

    RépondreSupprimer
  2. Lorsque je n'avais pas encore mes filles, c'est comme cela que je me rassurait... Au moins, nous n'avons pas d'enfant dans ce monde qui marche sur la tête !!! Maintenant qu'elles sont là, j'ai toujours peur... J'ai encore plus peur... Mais je partage les même réflexions que les tiennes et on essaie de les tenir informé, tout en les préservant... D'ailleurs elles se prémunissent elles-même, je le vois bien et c'est tant mieux !!! Quand je lis ton message, je me dit encore une fois que vous êtes vraiment prêts... vraiment mûrs pour être parents, vous... de bons parents qui plus est !!! Bizzz. Mymy & Co.

    RépondreSupprimer
  3. En fait tu n'as pas le choix: il faut en parler aux enfants car ils t'en parlent! En effet dès le primaire, c'est le basculement dans un monde très réel, et parfois très cruel! Mais rassure-toi, on trouve vite les mots, s'il y a la confiance et l'amour, le dialogue s'instaure naturellement avec les enfants pour intégrer cette nouvelle dimension à leur vie de citoyen de ce début de 21e siècle. Corinne et ses pingoos http://pingoofamily.blog.lemonde.fr/

    RépondreSupprimer
  4. Nous avons vécu de près ces jours tragiques... et les questions que tu te poses se sont imposées à nous. Nous avons vécu de longs moments télévision allumée, ce qui n'est pas tellement l'habitude ici... Et au premier moment, l'Homme a voulu cacher cela à Pimousse, lui demandant d'aller jouer ailleurs... J'ai décidé de prendre le contre-pied, de trier un peu l'information que je lui laissais voir mais de la laisse regarder, à mes côtés, ce que parfois le monde peut être... en insistant sur le parfois, en insistant sur ces quelques-uns parmi des milliers, en expliquant avec les mots les plus doux possibles pour garder un peu de douceur dans ce monde qui a basculé. J'ai été chamboulée par ce qu'il s'est passé chez vous, nos voisins français, à seulement 400kms de chez moi, l'inimaginable, ces scènes inouïes, j'ai cru un instant regarder une fiction... Malheureusement c'était la vraie vie. Mais hier Pim et moi avons aussi regardé cette marée humaine envahir Paris et les grandes villes du monde. Et j'ai expliqué encore que l'on peut se battre même quand on pense qu'on n'est pas les plus forts, qu'ensemble, des milliers contre quelques-uns, on y a forcément gagné quelque chose, cela aura forcément servi à quelque chose... J'ai voulu jouer avec elle la transparence parce que ce monde qui bascule sera aussi le sien, parce qu'elle porte un prénom arabe et ne sera pas à l'abri des amalgames, parce qu'elle grandira vite, trop vite, et que j'estime qu'il est de mon devoir de préparer mes enfants au Monde... Tu feras ce qu'il faut, forcément, puisque déjà tu te poses la question!! Bises.

    RépondreSupprimer