jeudi 20 juin 2013

Il suffit

parfois de peu de choses pour retrouver un peu de légèreté. Pour faire un saut dans le passé. Là où il n'était pas question d'adoption, de travail, de responsabilité. Là où l'insouciance était le maître mot.

Cette période, c'est celle de l'adolescence. Celle où l'on ne me demandait rien d'autre que de bosser à l'école. Où je passais des heures allongée dans ma chambre à bouquiner; à rêvasser, à écrire dans mon journal intime les aventures ordinaires qui animaient ma Vie.

Dans ma chambre, il y avait toujours un fond sonore. Avec une préférence pour la musique classique. De préférence interprétée au piano, instrument que j'ai étudié pendant plus d'une dizaine d'années.

J'avais un peu oublié le réconfort apporté par mon pianiste préféré jusqu'à ce soir. Au hasard d'une vidéo, j'ai eu la surprise de découvrir une adorable Brindille jouant une valse que j'aime particulièrement. Outre l'émotion provoquée par l’enchaînement des notes, je me suis sentie sécurisée par cette musique reconnue et appréciée. J'ai immédiatement retrouvé l'effet apaisant que me procurait cette mélodie, vingt ans en arrière. Et j'ai eu envie de replonger. Complètement.

Comment ai-je pu passer à côté de la vertu thérapeutique de Chopin au cours de ces dernières années? Comment ai-je pu laisser le quotidien l'écarter sournoisement? Peut-être pour connaître le plaisir de le retrouver ce soir, et de vivre cette redécouverte. Tout simplement.

Mais j'y pense, je pourrais peut-être me replonger dans l'oeuvre de George Sand pendant que j'y suis...


6 commentaires:

  1. Je trouve moi aussi beaucoup de réconfort dans la musique (encore un point commun avec mes 20 ans de piano) ainsi que dans la lecture.

    N'hésite pas à te replonger dans ces œuvres qui te font du bien. Chaque petit moment de réconfort et de bonheur est précieux :)

    Des bises :)

    RépondreSupprimer
  2. Sympa ça, on espère donc un concert très très privé sous peu.
    Voir comment notre félin prendra la chose. Je suis persuadé que d'ici peu il faudra une activité cérébrale et une sportive pour être bien. Elle est inscrite au baby-gym pour la rentrée mais de l'initiation à la musique serai top.
    Bisous sous la flotte des Landes
    (Papa Hipp.)

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! le piano ... Je n'étais pas douée mais j'espère m'y remettre un jour ...
    Gros bisous
    Nathalie

    RépondreSupprimer
  4. parfois un son , une image, une odeur...nous replonge avec délice quelques années en arrière...et c'est bon!Bonne redécouverts!
    Bisous
    Anne-Lise

    RépondreSupprimer
  5. un son, une odeur... nous avons toutes et tous nos madeleines de Proust, c'est ce qui nous construit... pour moi, c'est Bach et ses préludes, ou Mozart, surtout par P. Badura-Skoda, et avec des mots dessus, ce sera L. Lemay, Moriarty, L COhen ... parmi d'autres

    RépondreSupprimer
  6. En attendant mon PetitJoliCoeur, je me suis mise au violoncelle. Sans en avoir jamais fait avant. J'adore littéralement. Il m'a apporté bien des réconforts. Je continue mon apprentissage et chaque lundi matin c'est le même sentiment de plénitude. Sans oublier que pendant l'attente on se fabrique des bandes son qui nous font penser à eux encore si loin. Quand Tanh choisit une musique que j'ai écoutée en pensant à lui, c'est là encore la plénitude: les deux peuvent être réunis! Bises.

    RépondreSupprimer