dimanche 13 janvier 2013

Les enfants adoptés devenant parents

Il y a quelques jours, l'émission radio "7 milliards de voisins" abordait le sujet suivant: "enfants adoptés: quels parents deviennent-ils?"

J'ai trouvé les échanges constructifs et j'ai pris quelques notes des propos tenus Christian Flavigny, pédopsychiatre et psychalnalyste. Son approche tend parfois à minimiser l'impact de l'adoption sur les enfants adoptés. A l'inverse, elle tend à apporter une vision positive de l'adoption pour les parents adoptants.



" ... L'adoption, d'une certaine manière, c'est le processus qui permet de devenir parents. Même pour une femme qui a porté l'enfant dans son ventre, dans ses entrailles. Il faut que cette femme adopte cet enfant. C'est un processus psychologique, il faut qu'elle dise "il est mon enfant"; et il y a des femmes qui n'y parviennent pas. C'est encore plus net pour les pères parce qu'on peut dire que tous les pères sont adoptants: les pères, on leur dit un bon matin, tiens c'est ton enfant.

L'adoption est le processus fondamental qui permet de devenir parents, qui fait que l'on devient parents. Pour cela, il faut pouvoir s'appuyer sur tout ce qui s'est passé étant enfant dans la création avec ses propres parents. Et à ce moment-là, c'est le point d'appui qui va être essentiel pour tous les parents, mais avec le point de fragilisation qui va concerner le jeune qui a été adopté. La question revient sur quel est mon point d'appui? Est-ce que ce sont mes parents d'adoption et il y a la question de cette femme qui n'est pas devenue ma mère. Les points d'appui vont se chercher d'une manière un petit peu différente, c'est cela qui fait peut-être le point le plus fragile du futur parent adopté.

Nécessité de s'approprier la maternité avec la question qui est: est-ce que j'ai le droit de devenir mère? A ce moment-là, les éléments de l'histoire doivent être pris en compte, mais relativisés en faisant la somme entre ce qui a été reçu et pas reçu; c'est ce qui est difficile à faire. Car néanmoins  ils ont réussi à grandir et à devenir des parents à leur tour.

On parle beaucoup de le l'impact de l'abandon, mais il ne faut pas oublier le lien adoptif. Le lien adoptif cherche au mieux à reconstituer ce qui a été fragilisé dans la vie affective de l'enfant. Il vient reconstituer dans la plupart des cas suffisamment pour que l'enfant puisse devenir parent à son tour... "

Et vous, que pensez-vous de cette approche en tant que parents ou futurs parents?



3 commentaires:

  1. Tout d'abord, cela me rappelle que je n'ai toujours pas partagé mes notes sur à la journée de formation que j'ai suivie avec Johanne Lemieux; alors c'est promis je vais le faire très vite !!!

    D'autre part, ces éléments me renforcent dans la conviction des spécialistes québécois (et que nous avons fait notre) et qui est celle-ci : les parents adoptants (et peut être les autres aussi parfois) ne doivent pas hésiter à se faire accompagner pour construire au mieux le lien avec leur enfant. Notre expérience est que la parentalité adoptive est une expérience très forte et qui peut devenir merveilleuse, mais elle est très spécifique et donc elle ne "s'invente pas".

    RépondreSupprimer
  2. Bon rien à voir mais...je m'aperçois que je ne suis pas encore passée te faire un petit coucou de début d'année (je suis venue lire bien sûr, mais n'ai pas laissé de trace de mon passage...)
    Alors voilà, je voulais te souhaiter plein de bonnes choses pour cette nouvelle année. La chose principale tu la connais, bien évidemment, alors pour le reste, une santé de fer, de beaux voyages, de la sérénité au travail, et plein de petites douceurs au quotidien.
    J'ai un fol espoir pour vous pour 2013...Une situation qui va se décanter...Ici ou ailleurs...
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  3. Je suis de tout coeur avec toi! Je ne suis pas croyante mais je vais prier pour ta grand-mère.
    Gros bisous,

    Elise

    RépondreSupprimer