mercredi 23 janvier 2013

Dans la vie,

il faut savoir rire de soi. Et bien, je dois vous avouer qu'en ce qui me concerne, j'y arrive plutôt pas mal!

Le thème actuel de la moquerie? La neige. Rien que cela. Enfin, pour être tout à fait précise, je devrais dire ma conduite sur la neige. Je suis nulle, archi nulle. Je suis surtout en panique à l'idée de perdre le contrôle de ma voiture. J'en oublie de respirer au moment de passer les vitesses.

Ce qui amplifie mon stress? Les gens qui me collent alors que je roule tout de même à 30kms heure. MOI! En pleine route de campagne avec des montées et des descentes. Le grand frisson en somme! J'en vois certaines se marrer derrière leurs écrans: celles qui vivent dans l'Est ou de l'autre côté de l'Atlantique peuvent me traiter de mauviette  elles ont le droit. Mais je suis sûre que certaines du vieux continent se sont reconnues dans ma petite description ...

Bon, je ne résiste pas à vous raconter ma dernière aventure. Samedi, je rentre à la maison ... et je ne réfléchis pas. Je vous assure, quand Cher&Tendre m'a demandé pourquoi je m'étais engagée sur cette petite route, je lui ai répondu que je n'avais pas réfléchi. La stricte vérité. Sauf, que je me suis engagée dans la seule petite route non dégagée du village. Celle qui descend puis monte en tournant, que l'on ne peut pas monter en temps normal autrement qu'en 3ème. Et bien là, je me suis retrouvée coincée: pied sur le frein, frein à main serré, la voiture glissait dans la pente! Immobilisée le long du talus, j'ai passé un appel hystérique à la maison. Cher&Tendre ne comprenait rien du tout tellement ma voix était montée dans les aigus, et mes propos incohérents. Après m'avoir demandé de me calmer et m'avoir rejointe, il a réussi à me sauver. Bah oui, il a tout de même réussi à redescendre la pente sans aller au fossé, et à refaire la route en marche arrière. Car oui, j'avoue que je n'aurais jamais pensé à refaire la route en marche arrière. De là à imaginer que je suis blonde, il n'y a qu'un pas que vous pouvez franchir, je vous y autorise bien volontiers!

Pour le retour, je me suis contentée de rester sur le siège passager, sans oublier au passage d'écraser sous mes fesses le pain tranché que mon esprit troublé n'a pas pensé à retirer... Je vous confirme qu'il s'agissait bien de la seule route non dégagée du village. Mais cela, ce n'est pas le plus drôle.

Vous voulez tout savoir?

J'étais à 300 mètres de la maison ... Bonjour la honte ...

13 commentaires:

  1. Ton histoire me fait toujours autant mourir de rire.
    Merci !
    Juliette, de l'Est et bientôt Africaine

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien rigolé en lisant ton post ce matin, mais surtout parce que ça me rappelle certaines mésaventures "neigesque" dont j'étais l'héroine bien malgré moi.... bises
    Nath
    Bambou et sourires

    RépondreSupprimer
  3. J'avais déjà ris la première fois que je l'ai lu sur FB mais là je me marre à nouveau. Je t'imagine complètement hystérique dans ta voiture.
    pardon ...mdr

    Bisous des Hautes-Vosges ;)

    RépondreSupprimer
  4. mdrrrrrrrrrrrrrr mais en même temps je suis de celles qui aiment la neige le dimanche derriere la fênetre a contempler la beauté blanche et sereine mais pas les jours de semaine lorsqu'il faut aller bosser !!

    bravooooooooo à futurpapa pour son sauvetage !

    bisous
    patou

    RépondreSupprimer
  5. J'ai rigolé car c'était facile. J'ai rigolé parce que je me suis vue, là, à ta place, en miroir.

    Bisous,
    Elise

    RépondreSupprimer
  6. Merci de m'avoir fait rire de bon matin !!!! Mais je ne me moque pas. J'aurais été aussi désemparée que toi dans cette situation. Bises

    RépondreSupprimer
  7. moi, je ne ris pas trop...car je suis capable de faire la même chose! j'ai simplement souri...un peu...de toutes façons, j'ai un autre problème, quand il neige , je ne peux pas monter la petite côte qui mène à la route! donc je suis bloquée à la maison! Ce qui est sûr c'est sur qu'on n'a pas passé le permis option "neige et verglas" et nos voitures ne sont pas adaptées...et heureusement que nous avons des chevaliers prêts à venir nous sauver!
    Bisous

    Anne-Lise

    RépondreSupprimer
  8. Bon, bhen moi, j'ai imaginé la scène, je me suis rappelé cette fichue côte et j'ai eu une sueur froide. Autant j'aime les routes tortueuses au à pic de mon pays d'Aveyron (en été) et autant en bon Bordelais je suis complètement crispé par la neige (il faut voir la rocade, c'est la panique pour tout le monde juste parce que la neige tombe (sans qu'elle tienne!).
    A défaut d'équipement, je m’abstiens ou je prends mes bottes. Je trouve même que tu as été téméraire. :)

    RépondreSupprimer
  9. oh je suis pétée de rire là !!! C'est trop mignon toute cette aventure, et j'ai adoré le coup du pain tranché aussi !!! cela aurait tellement pu m'arriver...
    Mais heureusement c'est à toi que cela arrive !! ha ha !!!! encore !!!! encore !!!!
    Cat, qui déteste la neige le soir quand il faut rentrer du boulot après 20 h...

    RépondreSupprimer
  10. arf.... non, le plus drôle, c'est d'imaginer la tête de ceux qui ont mangé le pain écrabouillé sous tes fesses...

    RépondreSupprimer
  11. on compatit pleinement!!!!!!!
    mais on rit (malgré tout ! on ne se moque pas ! hein ?? ) aussi !!! un ti peu d'humour (même si pas vraiment drôle ! ) ne fait pas de mal par les temps qui courent !!!
    amicalement mamie de LEO

    RépondreSupprimer
  12. Non,non, je ne ris pas, je souris tout simplement...
    Bien que je vive dans l'est depuis 1975, je ne me suis pas habituée à la neige et quand j'en vois qui tombe et bien j'angoisse.
    Par contre le verglas est beaucoup plus dangereux.
    Par contre le pain devait être tout chaud au repas. Hihihi!!!!
    BISOUS Affectueux.
    ODILE 67.

    RépondreSupprimer
  13. Oui, j'avoue moi aussi, j'ai ri ! Mais que ça fait du bien de rire en se disant que la même chose pourrait bien nous arriver aussi. On peut rire car ton prince est venu te sauver et que rien de grave n'est arrivé.
    Merci pour ce partage très sympathique.
    Barbara

    RépondreSupprimer