mercredi 28 août 2013

Nul ne peut imaginer

tout ce par quoi nous passons, depuis tous ces mois. J'ai du mal à l'écrire, mais je me dois d'être honnête avec moi-même, et accepter de dire: depuis toutes ces années.

Lorsque nous nous élançons sur le chemin de l'adoption, le cercle des relations s'agrandit d'un seul coup. Parce que nous avons soif d'information, parce que nous désirons par-dessus tout comprendre l'adoption et être compris dans notre réflexion. S'en suit alors des échanges sur les forums, un ratissage en bonne et dûe forme des sites internet dédiés, une lecture intensive des livres traitant du sujet, et des heures à lire les blogs des parents adoptants ayant parcouru le chemin avant nous.

Nous n'avons pas échappé au phénomène: notre bibliothèque regorge de livres, nous avons rencontré des couples pour franchir le cap du virtuel au réel, nous sommes adhérents à l'EFA de notre département, et je me suis lancée dans l'écriture de ce blog laissant ainsi à mon tour une trace de notre parcours.

Mais il faut se rendre à l'évidence: notre cercle de relations est en train de rétrécir. A moins qu'il ne soit tout simplement en train de se recentrer. Je n'ai pas vraiment d'explication valable à propos de ce phénomène, je n'ai que des pistes de réflexion.
- La première qui me vient à l'esprit est que les mois s'ajoutant aux années, nous devenons pénibles avec notre attente qui n'en finit pas. Et bien oui, comment avoir encore envie d'interroger un couple sur son projet quand il répète toujours la même chose, à chaque fois: nous attendons, nous avons bon espoir, mais le pays reste souverain, tout comme le conseil général d'ailleurs.
- La seconde hypothèse, c'est qu'une fois que les familles sont constituées, force est de constater que le lien n'était pas suffisamment fort pour que les relations tiennent sur le long terme. Que continuer à donner la main à ceux qui sont toujours en attente ne sert qu'à rappeler que les choses ne furent pas simples. Sans se poser la question de savoir si cela n'est pas trop pénible pour ceux qui attendent encore. Parce que le seul point commun était le chemin que nous prenions pour fonder notre famille.

Alors oui, notre cercle se rétrécit. Mais ceux qui sont à nos côtés sont des petites pépites que nous portons bien précieusement dans nos cœurs. Parce qu'ils sont capables de nous faire partager d'heureuses nouvelles sans crainte de nous blesser, mais en nous les offrant comme des cadeaux. Parce qu'ils partagent leurs moments de joie comme leurs doutes, parce qu'ils ont toujours un petit mot gentil à notre attention. Parce qu'ils osent nous dire qu'aussi difficiles que fût leur chemin, ils ne peuvent pas tout à fait comprendre ce que nous vivons mais qu'ils seront là. A nos côtés. Jusqu'au bout.

Nul ne peut imaginer tout ce par quoi nous passons, mais tout serait encore plus difficile si nous ne vous avions pas à nos côtés.



24 commentaires:

  1. Je dois dire que quand notre enfant est enfin là, obligé de dire que nous avons moins de temps, qu'après avoir attendu tout ce temps on ne peut pas passer à côté de ses moments auxquels nous avons tant rêvé :)

    Mais oui nous serons là, jusqu'au bout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis moi-même moins présente dans cette attente qui s'allonge ... Et je sais pouvoir compter sur toi ;)
      Bisous xxx

      Supprimer
  2. il est aussi vrai que quand l'enfant est enfin là, il occupe tout, on construit enfin la vie que l'on avait tant rêvé et on a moins de temps pour discuter sur le net ou ailleurs.
    Ce n'est pas que l'on oublie (quoique ces fichues années désespérantes on ne tient pas vraiment à s'en souvenir) mais le temps file avec la position turbo.
    Vivement que vous soyez débordés par les jouets qui traînent et les vêtements d'enfants qui remplissent la machine.
    bises
    Séverine qui se rend bien compte qu'avec 2 elle a moins de temps et que le temps passé ici, elle ne le consacre pas à ses enfants...

    RépondreSupprimer
  3. "le chemin que vous suivez est une vraie montagne russe avec ses montées et descentes vertigineuses"
    Pas facile et si seulement on savait où se trouve l'arrêt final de cette montagne....
    J'espère avec vous, que le bout du tunnel tout noir va bientôt s'éclairer et que l'on entendra retentir une belle sonnerie de téléphone.
    BISOUS Affectueux.
    ODILE 67.

    RépondreSupprimer
  4. Comme je me retrouve dans tes mots : le cercle qui se rétrécit, les mêmes mots répétés qui lassent ou une vie trop différente...
    Mais ceux qui restent sont vraiment là, de tout coeur avec nous. C'est si précieux !
    Bizoo

    RépondreSupprimer
  5. Tu as raison. Dans tout ce que tu dis.
    Amic. CAT

    RépondreSupprimer
  6. Comme tu as raison, j'avais fait cette remarque moi aussi...Je vais toujours être là, à te suivre ma belle et j'espère que bientôt un petit amour viendra combler ton cœur de maman

    Je t'embrasse fort

    Manon

    RépondreSupprimer
  7. une fois de plus, Aurélie, tu mets des mots sur ce que je pense également.
    Je ne peux qu'aller dans ton sens et faire le même constat. Alors serrons-nous les coudes et gardons le cap :)

    Bises de soutien.Et merci de tes petites attentions et petits mots. j'adore ta dernière phrase.

    RépondreSupprimer
  8. Nous pouvons imaginer ce que tu ressens. Et saches que, si par malheur pour vous, nous étions apparentés avant vous, je ne cesserai pas de te soutenir.

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chris, tu sais combien je pense fort à toi ... et combien je serai heureuse de te savoir enfin maman. Même avant moi!
      Bisous xxx

      Supprimer
  9. Les cercles se rétrécissent peut-être, mais surtout ils évoluent, se renouvellent, ... !!

    RépondreSupprimer
  10. les cercles rétrécissent, mais oui ils se recentrent.... et je ne pense pas que ce soit la présence des enfants qui fait qu'on a "moins de temps" pour ceux qui attendent encore... mais si effectivement pendant l'attente, la seule chose à partager est l'attente, et rien d'autre.... alors il ne restera pas grand chose après...

    bises la belle ;)

    RépondreSupprimer
  11. quelque fois se recentrer sur l'essentiel est essentiel ..........
    gros bisous
    patou

    RépondreSupprimer
  12. De tout coeur avec vous dans cette lonnnnnnnnnnnnnnnnnnnngue et insoutenable attente. Je vous suis dans "l'ombre " depuis un petit moment déjà, mais sachez que je comprend totalement votre ressentit. Même si aujourd'hui nous faisons partis de ces parents "chanceux" grâce à nos 2 loulous.
    Gardez le cap
    Amicalement
    gaelle, maman bonheur de Lylou et de Mathéo

    RépondreSupprimer
  13. Pas dans la vraie vie, certes, mais via ce blog et autre forum, c'est avec intensité que je suis votre parcours et croise les doigts pour découvrir enfin le jour où petit à petit, votre cercle évoluera vers celui des écoles et autre terrain de foot....

    RépondreSupprimer
  14. juste un bisou et je croise pour toi

    RépondreSupprimer
  15. Je te comprends oh combien et, autour de nous aussi les cercles se recentrent, puis s'agrandissent à nouveau, s'ovalisent parfois, mais au bout du compte, nous fréquentons régulièrement moins de personnes qu'avant l'attente...Moi aussi, il me tarde de lire de bonnes nouvelles (même si c'est avant moi!!!) et de m'en réjouir pour vous!
    Bisous
    Anne-Lise

    RépondreSupprimer
  16. L'attente accentue ce phénomène c'est vrai... parce que c'est difficile pour certains de comprendre cette interminable attente.
    Bon courage... nous avons hâte de lire la bonne nouvelle;-)
    Bises Laure

    RépondreSupprimer
  17. Tout ce que tu écris est vrai mais on n'oublie pas la douleur de l'attente pour autant et je dois dire que ce cercle se rétrécit encore quand l'enfant qui arrive fait mal et que nous "dérangeons" car c'est pas l'image rêvée de l'adoption que nous montrons. C'est vrai qu'alors les personnes qui continuent à vous / nous soutenir des personnes précieuses. Bisous

    RépondreSupprimer
  18. Il y a une autre hypothèse, c'est qu'au fur et à mesure que notre projet et nous-même évoluons, d'autres affinités et proximités se créent et nous en sommes autant les instigateurs que les autres.

    Si on a l'impression de voir les autres s'éloigner, en y regardant de plus près, on constate que finalement, nous aussi nous mettons en retrait, c'est tout simplement la vie.

    Cela n'empêche pas le lien de toujours exister car la réelle amitié, comme le fil rouge, peut s'allonger et se tordre mais jamais se couper, la réelle amitié peut aussi accepter et résister au temps et à la distance. A la croisée des chemins, on finit toujours par se retrouver.

    Bisous

    RépondreSupprimer
  19. Le cercle se rétrécit mais il est d'une qualité hors norme. Je nete lacherai pas.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  20. Coucou
    Je crois que ce que tu décris si bien, nous le vivons tous, ou presque...
    Quelques liens se tissent, qu'en subsistera t il ? comme le dit Katell, on le verra après, si nous avons su aller au delà...
    Je t'embrasse et te remercie pour tes mots...

    RépondreSupprimer